L'actualité en continu du pays de Brive


Renforcement du plan Vigipirate et du dispositif Sentinelle : déploiement de militaires dans toute la Corrèze.

La préfète de la Corrèze, Salima Saa, a confirmé, cet après-midi, à Brive, place du 14 juillet, le renforcement du dispositif «Sentinelle» et ce dès aujourd’hui (ce matin, ndlr) sans en préciser la fin. Des militaires du 126e régiment d’infanterie seront déployés dans toute la Corrèze en complément des forces de police et de gendarmerie. Les Bisons n’auront qu’un rôle d’appui et seront chargés de la surveillance des sites sensibles (établissements scolaires, lieux de cultes…)

Emmanuel Macron avait annoncé, dès jeudi dernier, depuis Nice, le renforcement du dispositif «Sentinelle» sur tout le territoire français. C’est chose faite en Corrèze. La préfète du département, Salima Saa, l’a confirmé aujourd’hui, alors qu’elle se rendait, accompagné du sous-préfet de Brive, Philippe Leycuras et de Dominique Eyssartier, adjointe à la sécurité, à la rencontre des militaires déployés, place du 14 juillet, à Brive. La préfète, pour des raisons de sécurité, n’a donné aucun chiffre sur le nombre de militaires engagés en Corrèze. Aucune idée de l’effectif mais «tous les hommes mobilisés sont des Bisons. Il s’agit d’un dispositif mobile et agile capable d’intervenir rapidement dans tout le département et à tout instant», a indiqué Salima Saa.

Le dispositif «Sentinelle» passe de 3000 à 7000 hommes mobilisés sur le territoire national.

Cette décision du renforcement du dispositif «Sentinelle» sur l’ensemble du territoire français fait suite à celle du premier ministre, Jean Casteix, le 29 octobre dernier, d’élever le plan «Vigipirate» au niveau «Urgence Attentat», son plus haut niveau, après l’attaque au couteau qui a fait trois morts à la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice.

Pour rappel, le niveau «Urgence Attentat» peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. Ce niveau est mis en place pour une durée limitée, le temps de la gestion de crise. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens. Le dispositif est adapté pour renforcer spécifiquement la sécurité des lieux de cultes, celle des bâtiments publics et celle des ressortissant et des intérêts français à l’étranger.

Comme l’indique le site du gouvernement, une attention particulière sera portée pour la sécurisation des commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918.

 

Les militaires du 126e régiment, rue du lieutenant-colonel Farro, ce matin.

 

 

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire