L'actualité en continu du pays de Brive


Rétrospectives, rencontres et découvertes à l’affiche du 8e Festival du cinéma de Brive

Conférence de presse de présentation du 8e festival du cinéma de Brive. De gauche à droite, Bernard Duroux, directeur du Rex, Françoise Gautry, élue briviste en charge de la culture, Philippe Nauche, maire de Brive, Patricia Bordas, conseillère régionale, Pierre Diederichs, conseiller général, Sébastien Bailly, directeur délégué du festival, Maguy Cisterne, secrétaire générale et Charlotte Forbras, coordinatrice

“Un lieu de convivialité, de découvertes et de rencontres”, c’est ainsi que le délégué général Sébastien Bailly qualifie le Festival du cinéma de Brive. La 8e édition de cet événement européen consacré au moyen-métrage se déroulera à Brive, essentiellement au Rex, du 6 au 11 avril.

Conférence de presse de présentation du 8e festival du cinéma de Brive. Sébastien Bailly, directeur délégué du festival“A titre personnel, je serai très intéressé par l’hommage à Manoel de Oliveira” a confié le maire de Brive Philippe Nauche ce matin lors de la présentation à la presse du 8e Festival du cinéma de Brive. “Mais je serai également ravi de découvrir le jeune cinéma polonais que je ne connais absolument pas.”

Telle est la force de l’événement européen consacré au moyen métrage: il est avant tout un lieu de découvertes. La programmation, très riche, permet d’aller à la rencontre de cinémas peu diffusés et d’avoir parfois des belles surprises. Dans le même temps, il apporte aux cinéphiles le plaisir d’un nouveau regard porté sur des cinéastes connus, tels Manoel de Oliveira ou Jean Eustache, à travers les projections de films souvent méconnus.

Concernant ce dernier, très apprécié des jeunes cinéastes, “le festival va proposer quasiment toute sa filmographie”, s’enthousiasme Sébastien Bailly. Un événement lorsqu’on sait qu’aucun film d’Eustache n’existe en DVD! “Mis à part un DVD japonais de La Maman et la putain. C’est d’ailleurs une image de Bernadette Lafont dans ce film qui sert d’affiche cette année”, explique le directeur, par ailleurs réalisateur et accessoirement ancien lycéen de la section Cinéma audiovisuel (CAV) du lycée d’Arsonval.

Conférence de presse de présentation du 8e festival du cinéma de Brive

Les jeunes justement, parlons en. Ils sont nombreux au rendez-vous. “Plus de 1.000 tous les ans” annoncent les organisateurs. Les lycéens de CAV du lycée d’Arsonval et d’un établissement d’Angoulême constituent le gros des troupes chez les plus grands. Nouveauté 2011: ils auront la possibilité, pendant trois matinées, d’échanger avec des professionnels du cinéma, réalisateurs, techniciens, critiques ou auteurs.

Les collégiens et les écoliers auront droit à des séances spécifiques, avec Charlie Chaplin et Buster Keaton au programme cette année. Et les enfants encore plus jeunes pourront profiter de la magie du cinéma grâce aux séances “ciné-petits“. Enfin, privilège accordé à 7 Corréziens de 14 à 18 ans: décerner le Prix du jury jeunes de la Corrèze. Les “grands”, eux, remettront un Grand prix Europe, un Grand prix France. Et les spectateurs accorderont un Prix du public.

Conférence de presse de présentation du 8e festival du cinéma de Brive

Tous ces prix viendront récompenser quelques uns des réalisateurs des 20 à 25 films en compétition, dont la liste sera dévoilée le 15 mars. “On a visionné 438 moyens métrages de la production européenne récente, soit une augmentation de 30% par rapport à 2010”, a expliqué Sébastien Bailly.

Dans ce festival où densité rime avec diversité, on trouvera aussi le désormais classique “ciné-concert”, les traditionnelles rencontres entre public et réalisateurs en compétition tous les soirs à partir de 19h et des tables rondes sur la musique au cinéma et l’actualité de la profession, plus un dialogue entre deux cinéastes dont les noms n’ont pas été plus dévoilés que ceux des membres du jury.

Conférence de presse de présentation du 8e festival du cinéma de Brive

Soutenu par des partenaires privés et des institutionnels comme la Ville de Brive (dont la participation a été sensiblement augmentée cette année), la Région Limousin, le Conseil général et le Centre national de la cinématographie, le 8e Festival du cinéma de Brive est désormais un incontournable dans le calendrier des Corréziens comme des professionnels du cinéma.

“Ce soutien et cette entente entre les partenaires nous permettent de préparer le festival avec une certaine sérénité”, se félicite le directeur délégué. Du côté des partenaires, tandis que Patricia Bordas, pour la Région, s’est félicitée que la Ville de Brive ait “augmenté sa participation pour atteindre le même niveau que la Région, soit 45.000 euros”, Pierre Diederichs, conseiller général, a évoqué “la dimension essentielle de la culture pour les citoyens”, jugeant que “baisser les budgets liés à la culture serait une atteinte à la démocratie et au bien commun”. Pour eux comme pour Philippe Nauche, “c’est un honneur pour Brive d’accueillir un tel festival”.

Tous les détails, en tout cas ceux déjà connus, se trouvent sur le site très complet du 8e Festival du cinéma de Brive.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire