L'actualité en continu du pays de Brive


Rencontre avec les « jaunards » de Brive plage

Laurène, faiseuse de crêpes, de glaces et de gaufres

Brive plage, son sable, ses spectacles, ses animations, ses tournois sportifs, son espace enfants, son bar, sa restauration, et… son personnel, sans qui la manifestation de l’été ne pourrait avoir lieu. Des dizaines d’employés, tous affublés d’un t-shirt jaune, font vivre le site, avant l’arrivée des plagistes, pendant qu’ils s’amusent puis quand ils sont partis.

Henri Peyrat, président de l'office de tourisme, travaille comme n'importe quel autre employéIls sont une petite trentaine à porter les t-shirts jaunes estampillés « Brive plage 2010 ». Ça va des stagiaires d’été jusqu’au président de l’Office de tourisme, tous logés à la même enseigne. Celle de l’abnégation dans le labeur. Et de la bonne ambiance aussi, avec la danse « officielle » de Brive plage, le Waka Waka de Shakira, que tous dansent ensemble tous les jours. « C’est aussi la chanson en vogue aux fêtes de Bayonne », explique Clémentine, en charge de la communication sur l’événement. « Avoir créé cette petite chorégraphie entre nous a permis d’intégrer les jeunes dans l’équipe. Ça a soudé le groupe. »



Nettoyage des toilettes sèchesEn se baladant dans les coulisses de Brive plage, on en croise un paquet de gens en jaune. Alexane qui sort « entre 40 à 50 kilos de frites en moyenne les soirs, voire jusqu’à 70 les grosses soirées ». Julie qui assure aussi bien la sécurité des enfants à la piscine la journée que le service aux adultes le soir au bar. Laurène, faiseuse de succulentes crêpes qu’elle tapote avec grâce pour bien étaler la pâte à tartiner ou la confiture à l’intérieur. Les trois copains de « Cook’in coujou », des « historiques » de Brive plage, qui sortent pas moins de 200 assiettes par soirée. « Jusqu’à 350 quand ça marche fort! » précise Damien.

Le directeur de l'office Stéphane Canarias observe son président en plein travailDe l’autre côté de la plage, autre ambiance. On croise Guillaume qui profite de son emploi d’été à Brive plage, aux jeux de la ludothèque, pour observer les coulisses. « Je passe en licence pro management événementiel, donc ça m’intéresse de voir un peu l’organisation de l’intérieur. » Tandis qu’une employée profite d’un rare instant de calme pour réviser ses cours avant la rentrée, Mélanie, Camille et Marie-Line scrutent les enfants qui jouent sur les quatre structures gonflables. « On leur demande leur âge vu qu’il y a un âge requis pour accéder à tel ou tel jeu. Et on surveille si tout se passe bien. »

On ne peut parler de chacun des « jaunards » de la plage, mais tous semblent très heureux de leur sort. L’avis est unanime: il y a certes du travail à Brive plage, mais d’autres emplois d’été sont bien moins agréables que celui-là!

Alexane en plein nettoyage de la machine à frites

Guillaume, étudiant en management événementiel

Du côté des jeux de la ludothèque

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Mot clé

Laisser un commentaire

2 × deux =