L'actualité en continu du pays de Brive


Raphaël Gaspéri. La beauté comme idéal…

intro expo gasperi

Du 1er juillet au 2 octobre, le musée Labenche présente une exposition sur trois salles consacrée à l’artiste peintre Raphaël Gaspéri (1866-1935) qui en a été conservateur pendant 23 ans. L’occasion de remettre en lumière ce personnage clé de la vie culturelle briviste, ami de Rodin, vouant un véritable culte à la beauté et à sa diffusion, et pourtant tombé ensuite dans l’oubli. Cette exposition rassemble également des œuvres et archives inédites puisque prêtées par de nombreux particuliers. Le vernissage aura lieu ce vendredi 1er juillet à 18h.

 

La sierra de Panacoba

La sierra de Panacoba

Comme il l’avait déjà fait en 2014 pour Ernest Rupin, son premier conservateur, le musée Labenche s’est lancé à nouveau sur les traces d’un de ses chantres. Avec d’autant plus d’enthousiasme qu’il a constaté, qu’à la différence de son prédécesseur, cet autre personnage clé était quant à lui tombé dans les oubliettes du passé local. Ce n’était pas faute pour autant de compter dans ses collections de nombreuses œuvres et documents du protagoniste. “Dans le cadre de la préparation de cette exposition, nous avons fait un appel par voie de presse afin de localiser des œuvres et archives de Raphaël Gaspéri chez des particuliers et les retours ont été extrêmement nombreux”, explique Françoise Augaudy, responsable du Pôle Arts et patrimoine. Certains retours se sont même accompagnés de propositions de dons.

Portrait de Gasperi

Raphaël Gaspéri par Léon Galand

 

L’appel a donc été largement entendu, ce qui a permis de mieux comprendre Raphaël Gaspéri et d’en révéler des facettes qui ne pouvaient être appréhendées à travers le seul fonds actuellement détenu par le musée. L’exposition estivale s’appuie ainsi à part égal autant sur les collections du musée que sur celles d’autres institutions et de particuliers.

“L’idée, avec cette exposition, était de présenter Raphaël Gaspéri dans tous les aspects de sa personnalité, dessinateur, peintre, conférencier, conservateur, défenseur et diffuseur de l’art et des connaissances, qui a œuvré pour la sauvegarde du patrimoine…”,  explique Laudine Michelin, régisseur des collections du musée. “C’était quelqu’un de riche, pas au sens notable, mais qui a compté par son implication dans la vie culturelle. Il était convaincu qu’une admiration commune du “Beau” pourrait apaiser les haines sociales.”

etang de grange

Etang de Grange

Le sieur était en effet une personnalité joviale et appréciée qui ne rayonnait pas qu’au niveau local. Il était ami de nombreux grands artistes dont Rodin avec lequel il a tenu un temps correspondance. C’est d’ailleurs sans doute par son entremise que certaines toiles du Briviste furent intégrées au Salon des artistes à Paris (l’une Etang de Grange, a même été acquise par l’Etat, aujourd’hui propriété du musée, elle figure dans l’exposition). Il s’est également investi dans la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze dont il a été vice-président, a été un fervent défenseur de Collonges au point d’en cofonder la Société des Amis de ce village au grès rouge, a fortement enrichi les collections du musée dont il a été le conservateur pendant 23 ans… Bref, Raphaël Gaspéri était un peu partout où il était question d’art et de patrimoine.

C’était pourtant, à la différence d’Ernest Rupin, un autodidacte. Il n’en était pas moins fils d’un ancien Garibaldien formé à l’école des Beaux-arts de Florence, venu d’abord s’installer dans le Lot puis au début des années 1880 à Brive. C’est lui qui initiera très tôt son fils au dessin et à la peinture. Le jeune Archange Raphaël Gaspéri, qui optera plus tard pour son deuxième prénom, reprendra d’ailleurs les cours de dessin donné par son père, suite au décès brutal de ce dernier. C’est par cette décision qu’il s’ancre ainsi à la cité gaillarde où il mènera sa riche carrière et restera jusqu’à son décès en 1935.

millevaches

Retour de messe basse – plateau de Millevaches

C’est donc à une redécouverte que vous invite le musée au fil de trois salles. La grande partie de l’exposition se concentre évidemment dans la salle des expositions temporaires, mais vous pourrez aussi apprécier ses œuvres dès l’accueil du musée et dans la salle contiguë du piano Debussy. Le musée y présente son bureau de peintre, quelques lettres, discours de conférences, quelques dessins aussi qui témoignent de sa maîtrise du trait, notamment le saisissant portrait d’un  moine de l’abbaye de Silos où il a séjourné. Et beaucoup de toiles de facture tantôt réaliste, tantôt impressionniste, souvent baignées d’une atmosphère évoquant les peintures spiritualistes. Raphaël Gaspéri y rendait hommage à la nature, à la vie paysanne, à sa région, au soleil levant ou couchant, à la lumière, à la beauté. Bien plus qu’un artiste peintre, un passionné de la vie.

Raphaël Gaspéri, la beauté comme idéal… du 1er juillet au 2 octobre 2016. Volet en salle d’expositions temporaires : du lundi au samedi (sauf mardi) de 12h à 18h et dimanche de 15h à 18h. Volet en salle permanente : tous les jours sauf mardi, de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Entrée gratuite.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire