L'actualité en continu du pays de Brive


Quand les enfants dessinent, dansent, clament leurs droits

un après-midi droits de l'enfant

Ça aurait du être une répétition pour une belle fête autour de la collégiale ce vendredi 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant. Le contexte national en a décidé autrement et les stands de l’Unicef accueilleront seulement les travaux qu’ils ont réalisés. Mais cet après-midi, quelque 200 jeunes ont pu “s’exprimer” et “participer”, thème de cet anniversaire, en dansant, chantant jusqu’à un flash mob général. Une belle énergie qui se décline en “Vivre ensemble” et “J’aime être libre”.

pano bras leves

“Puisqu’il faut changer les choses, aux arbres citoyens! Il est grand temps qu’on propose, un monde pour demain.” Les poings levés, le regard déterminé mais les yeux pétillants de bonheur, les enfants ont tous repris en choeur le refrain de Yannick Noah. Des paroles qui prennent une résonance amplifiée au lendemain des attentats parisiens. L’excitation des enfants a atteint son comble pendant le flash mob sur le clip Non, non,non, non réécrit par Camélia Jordan pour l’Unicef. “Non, non, non, non, parce qu’il ne faut pas te taire… Non, non, non, non, n’y jamais te laisser faire”, le filmfredonnait cette jeunesse en se dandinant. Il aura fallu la distribution du goûter pour ramener un peu de calme sonore avant que chacun reparte vers son accueil de loisirs ou son centre socioculturel.

Cette opération était une première initiée depuis six mois par l’Unicef local auprès des différentes structures municipales. “C’est extraordinaire ce qu’ont fait les enfants et les animateurs”, ne cesse de complimenter Pierre Carré, responsable de l’antenne Brive-Corrèze. “Les travaux sont riches par leur contenu, la mixité sociale et humaine qu’ils véhiculent. C’est porteur d’espoir. Le fait que ce soit des enfants qui parlent aux enfants donne plus de portée au message.” Le représentant entend d’ailleurs mettre tous les travaux à disposition des acteurs de l’éducation qui le souhaitent. “Et même les faire remonter au niveau national, à Unicef France”, insiste Pierre Carré. Parmi eux le clip réalisé par les Kids United (voir notre précédent article en clinquant ici).

expo mains enfants“Vous avez été formidables”, clame la directrice des centres municipaux Agnés Massonnier. Les enfants jubilent, fiers d’avoir exercé leur “droit à l’expression et à la participation“, thème de cette édition. Ils connaissent par coeur la date du 20 novembre 1989 (signature de la convention internationale), sont devenus incollables sur leurs droits qu’ils ont décliné sur tous les modes sur les panneaux d’exposition, en laissant fleurir leur créativité: “le droit à l’imagination, à la différence, le droit d’aimer, d’être aimé, le droit de se promener, d’être triste, de regarder, d’avoir une famille…”

Après avoir un peu hésité, Nawfel et Ayoub ont leur préféré: “le droit de donner”. Pour Léa, Janna et Jaïna, c’est sans discuter “le droit de vivre ensemble”. Sur un autre panneau, des plus petits ont opté pour les affirmations: des “J’aime rire”, “J’aime le foot”, “J’aime apprendre”, J’aime l’école”, “J’aimerais être rapide comme Usain Bolt, “Je pense aux anniversaires des copains pour leur faire plaisir”… entourent un magnifique “J’aime être libre”.

Vous pourrez découvrir tous ces travaux des enfants, sans les enfants malheureusement, ce vendredi 20 novembre sur les stands que tiendra l’Unicef au pied de la collégiale Saint-Martin.

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter notre précédent article:

pano flsh mob

expo droits enfants

lecture

sigle unicef

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire