L'actualité en continu du pays de Brive


Quand les Armées rencontrent les entreprises

Une centaine d’entrepreneurs corréziens participent actuellement à Brive une journée d’échanges avec le ministère des Armées. L’occasion de part et d’autre de mieux se connaître et de saisir des opportunités de travailler ensemble. Une grande première.

C’est un petit bijou de technologie qui accueille devant la Base, espace collaboratif de la CCI, les participants à cette session expérimentale: un Griffon, cet impressionnant véhicule de transport de troupes qui remplace le rustique VAB au sein de l’armée française. Un peu plus loin d’autres matériels de précision sont également présentés. Les Bisons du 126e régiment d’infanterie briviste, tout comme la Délégation militaire de Tulle, prêtent leur concours à cette journée pilotée en haut lieu par le ministère.

“C’est une première ici, mais c’est aussi pour nous une première inter-régionale puisqu’une, en plus de la centaine d’entrepreneurs corréziens, une cinquantaine d’autres de Rhône-Alpes nous suit en distanciel à la CCI de Lyon”, précise Line Bonmartel-Couloume, déléguée à l’accompagnement régional du ministre des Armées.

Le choix de Brive est stratégique. “Il y a ici un régiment remarquable qui a une empreinte, des liens solides avec le territoire et des acteurs économiques. Il y a donc un tissu favorable pour ces échanges. Cette journée a pour objectif d’apprendre à mieux se connaître en permettant aux entreprises de comprendre ce dont nous avons besoin et au ministère des Armées de savoir ce qu’elles peuvent nous fournir. De donner des clés de compréhension et l’envie de travailler avec nos Armées.”

Les besoins de maintien en condition opérationnel des matériels terrestres sont très variés, en fourniture de pièces comme de prestations. S’ajoute aussi les besoins en habillement, équipement, fournitures, alimentation… L’idée est aussi “de mettre l’accent sur des achats de proximité, avec des délais de paiement inférieurs à 14 jours.”

Et ce serait du gagnant gagnant comme l’a illustré le colonel Elise Vahramian, chef de corps de la 13e BSMAT, Base de soutien du matériel de l’Armée de terre qui compte quatre sites, Clermont-Ferrand, Moulins, Saint-Astier et Tulle. Si  par exemple Saint-Astier a une vocation logistique, Tulle a une mission d’ingénierie en travaillant sur l’innovation et notamment sur un robot. Ce qu’ignoraient nombre d’entrepreneurs présents. Deux mondes qui apprennent ainsi à mieux se connaître pour travailler efficacement ensemble.

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Mot clé

Laisser un commentaire

cinq × quatre =