L'actualité en continu du pays de Brive


Premières impressions de cette 39e Foire du livre et premiers témoignages

Premier jour, premières impressions de cette Foire du livre 39e millésime. Une édition du redémarrage après une année 2020 blanche, comme l’a souvent souligné François David, commissaire de la Foire. Une édition qui suscite beaucoup d’attentes et pose beaucoup de questions. Fréquentation en période Covid, cohabitation de deux sites, halle Brassens et Trois Provinces.

En terme de fréquentation et à première vue, c’est une année qui renoue avec le succès ou plutôt qui continue sur la lancée des précédentes éditions. Sous la halle Brassens, il y a déjà la queue devant les stands de certains écrivains et aux Trois Provinces, qui accueillent la Bd et la littérature jeunesse, la salle est copieusement garnie. Après un an d’abstinence, les allées de la halle Brassens, sans être à touche-touche, sont bien garnies. L’espace des Trois Provinces bénéficient de sa surface importante pour permettre aux visiteurs de circuler tranquillement et même aux enfants de jouer et de courir sans gêner.

Halle Brassens et Trois Provinces apportent incontestablement un confort de visite non négligeable.

Pénétrer à l’intérieur des deux sites se fait facilement même avec le contrôle des passes et pas de files d’attentes interminables à l’extérieur.

Cependant, demain et traditionnellement il risque d’y avoir plus de monde… ce sera donc peut-être plus difficile.

Autre interrogation de cette Foire du livre, la liaison entre halle Brassens et Trois Provinces via la voie verte. Nous avons rencontré sur ce nouvel axe quelques marcheurs-visiteurs facilement reconnaissables, poches de la Foire du livre au bout des bras.

 

Les dix minutes de marche entre les deux sites ont, malgré une température typique du mois de novembre, plu aux amateurs de livres qui en ont profité pour se dégourdir les jambes et prendre l’air le long de la Corrèze grâce à ce nouveau tracé. La cohabitation des deux sites, une première dans l’existence de la Foire du livre, ne semble pas avoir perturbé les visiteurs. Seul petit hic. L’absence de signalisation claire pour accéder d’un site à l’autre.

Ghislaine, Christine et Lisia, originaires du Lot et habituées de la Foire du livre.

« C’est une réussite cette voie, c’est agréable, assure Christine. Par contre on est un peu perdue une fois que l’on sort de la halle pour aller vers les Trois Provinces. Il y a du monde pour un vendredi mais c’est beaucoup plus espacé, aéré grâce aux deux sites. C’est très bien. Le nouveau système entrée/sortie sans doute lié à la pandémie est efficace et devrait être conservé. »

« Comme c’est plus aéré peut-être que l’on se rend moins compte de la fréquentation », remarque justement Ghislaine.

« Je suis agréablement surprise du nombre d’auteurs », ajoute Christine et avoue tout de même que « le fait de séparer la jeunesse du reste peut soulever quelques petites questions. »

Claudine, Geneviève de Limoges, habituées également.

« Je trouve que le fait d’avoir deux sites et beaucoup plus confortable, affirme Claudine. Cela serait bien que pour les prochaines éditions ce principe persiste. » Geneviève est aussi « très satisfaite de cette nouvelle configuration ». Côté fréquentation, les deux Limougeaudes trouvent qu’il y a déjà « beaucoup de monde ».

 

Serrine, est de Poitiers, c’est la première fois qu’elle vient à la Foire. « Ce n’est pas évident de rejoindre les deux sites. La signalétique n’est pas assez présente ou voyante mais la voie verte est très agréable et calme, on voit un peu la ville. A l’intérieur c’est bien agencé sur les deux sites, il y a de la place… je trouve ça très bien organisé. »

Julien et Anne-Mary, de Brive, apprécient également l’existence des deux sites et ne trouvent pas que cette cohabitation avec deux thèmes différents, soit très dérangeante pour les visiteurs, au contraire.

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Julien Allain, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire

6 − 5 =