L'actualité en continu du pays de Brive


POLT : Tous ensemble pour défendre toute la ligne

Assemblée générale constitutive d'Urgence POLT, samedi matin à la salle du Pont du Buy.

A l’initiative de Jean-Claude Sandrier, député du Cher, de nombreux élus, syndicalistes et membres d’associations et collectifs se sont réunis samedi matin dans la salle du Pont du Buy pour l’assemblée générale constitutive de l’Association Urgence ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT). A la fin d’une séance vive et animée, une force qui entend lutter pour la préservation de l’axe historique était née.

C’était une première samedi matin, “un petit événement”, selon les mots de Jean-Claude Sandrier, député du Cher à l’origine du mouvement : “Urgence POLT est une association créée sur l’ensemble de la ligne Paris Orléans Limoges Toulouse”. La cause fédératrice de cette association trans-régionale est la défense, la modernisation et l’amélioration des infrastructures, du matériel, des dessertes et du cadencement d’un “axe naturel qui irrigue les territoires du Centre, du Limousin et des Midi Pyrénées”, comme l’a rappelé Philippe Nauche, maire de Brive, après avoir rappelé que le développement de la ville était allé de paire, voilà plus d’un siècle et demi, avec l’essor du rail.

La ligne POLT, ce sont 3 millions de personnes, 32 départements, 7 grandes agglomérations, 4 régions et 713 km de double voies. Jean-François Troin, géographe, ancien universitaire à Tours et vice-président de la FNAUT (fédération des usagers des transports) a rappelé l’intérêt de cette ligne au regard de l’aménagement du territoire : “c’est une colonne vertébrale pour le centre et le Sud-Ouest, elle est utile pour désengorger certaines lignes”. De plus, “sa préservation ne nécessitera pas de nouvelles infrastructures car la ligne POLT est basée sur de l’existant. Elle est de ce point de vue parfaitement grenello-compatible“, “grenello-indispensable”, ajoutera un syndicaliste. Elle permettrait d’apporter une réponse écologique, économique et immédiate.

Une immédiateté d’autant plus importante que, si la ligne POLT était fleurissante voilà quelques années, elle a subi au cours du temps de multiples dégradations. Les projets, dits “Y renversés” et pendulaires ont avorté début des années 2000. Aujourd’hui Urgence POLT prend le relais.  Si ce projet fédère par-delà les régions, un point d’achoppement a été net durant les débats. Les oppositions portaient sur la compatibilité des projets POLT et lignes à grande vitesse.  Quand Jean-François Troin avance  que “les LGV détourneraient les voyageurs et assécheraient la ligne POLT”, d’autres, comme Jean-Claude Farges, vice-président en charge des transports et des déplacements à l’Agglo, soutiennent qu’ “il faut mener la bataille pour que la ligne POLT soit améliorée mais il faut mettre de la substance dans ce projet pour ne pas porter la responsablité de la mort de la LGV”. Un point de vue partagé par André Pamboutzoglou, élu régional en charge des transports qui représentait samedi matin Jean-Paul Denanot, président du Conseil régional du Limousin. Il résume cette position en une phrase : “Il ne faut pas lâcher la proie pour l’ombre”. 

Ce point de discordance ne doit pas faire oublier que tous se sont rassemblés sur l’idée que la dispersion représenterait une menace. D’autant que tous partagent la même volonté : le renforcement de l’axe POLT dans l’interurbain, la modernisation du matériel et une meilleure desserte en fréquence. A l’issue des débats, les membres du conseil d’administration ont été élus à l’unanimité. Jean-Claude Sandrier, Philippe Nauche, André Pamboutzoglou figurent notamment sur cette liste.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

1 commentaire

  •    Répondre

    En 2025 quand les travaux de régénération seront terminés et les nouveaux automoteurs V200 en service, Pari/Limoges se fera en 2h50 et Brive en 3h50 (comme cela se faisait il y a 50 ans avec le Capitole) . Tout monde souhaite à l’avenir Paris/Limoges en 2h30 et Brive en 3h30. La solution c’est de réaliser la partie IDF du projet POCL avec une ligne nouvelle V250 de Paris à Etampes. Cette solution a le mérite aussi de désengorger le RER C , de “faire” Paris/Limoges en 2h30 avec 1 arrêt à Châteauroux et permettait aussi avec un petit Y renversé comportant une branche Brétigny Sud/Nemours Nord de réaliser Paris/Clermont en 2h30 souhaité par les Régions Auvergne/Bourbonnais/Nivernais. Pour cela il faut une véritable volonté d’aménagement du territoire pour ces 2 axes ferroviaires structurants hors TGV.

Laisser un commentaire