L'actualité en continu du pays de Brive


Plein air pour le tai-chi

Cet été, mettez-vous au tai-chi. Des séances gratuites sont proposées tout l’été au lac du Causse les mardi, jeudi et dimanche, de 19h à 20h.

 

Le tai-chi-chuan, c’est cette fameuse gymnastique chinoise que l’on voit pratiquer partout à même les parcs et places dans l’empire du Milieu. Cet art martial vieux de plusieurs siècles se révèle un excellent moyen de (re)trouver l’harmonie intérieure, en prenant appui sur le “chi”, cette énergie corporelle qui circule en nous. Il aurait été inventé par un moine qui observait une lutte entre un oiseau et un serpent… À bien y regarder, la discipline évoque en effet un combat au ralenti. Le principe est simple : il s’agit d’enchaîner des gestes lents et souples en une succession de postures. Y arriver est beaucoup plus compliqué et passe par un entraînement régulier qui amène à la maîtrise du corps et de l’esprit.

“Les mouvements n’ont rien d’aléatoire, ils sont au contraire très codifiés”, explique Franck Ferrière, professeur diplômé qui assure ces séances estivales. Voilà 40 ans que ce postier briviste pratique les arts martiaux. Il a d’abord découvert le karaté à 13 ans, “une révélation”, et grimpé les ceintures jusqu’au 3e dan. Son rêve aurait alors été d’en vivre au Japon. “C’est la recherche de technique, de coordination et d’équilibre qui m’a amené au tai-chi.” Depuis longtemps passé 3e dan de la discipline, il l’enseigne aujourd’hui au sein du club Tai chi Corrèze, encadre aussi des groupes en Chine, intervient dans les écoles, les prisons contre la radicalisation, pour des associations auprès de publics en difficulté ou des malades, dans le cadre du sport santé… “C’est non violent donc accessible à tous. Il n’y a pas d’âge pour pratiquer, la plus jeune a 8 ans, la plus ancienne 81 ans.”

Mais ne vous y trompez pas, si lente qu’elle vous paraisse, cette singulière chorégraphie n’en développe pas moins force et énergie. “Ses bienfaits sont réels. Le tai-chi permet de prendre conscience de chaque partie de son corps, fait travailler la coordination, l’équilibre, le centrage, la concentration, mais aussi la mémoire, certains enchaînements peuvent comporter jusqu’à 100 mouvements différents. Pour tenir une posture, il faut apprendre à éliminer les tensions du corps. Les techniques respiratoires et la gestuelle souple permettent une relaxation profonde, un apaisement, un abaissement du rythme cardiaque. C’est ce relâchement qui garantit la fluidité des mouvements.” La méthode est éprouvée pour gérer le stress et retrouver le calme. Certains prétendent même que cette discipline de la santé et de la longévité aurait des vertus sur le système immunitaire.

Cette voie de la sérénité est d’autant plus efficace lorsqu’elle s’effectue en plein air. “À la différence des arts martiaux japonais qui sont cantonnés dans des dojos, il n’y a pas ancestralement de lieu dédié pour le tai-chi. Il se pratique donc en extérieur. Évidemment, en Occident, nous nous entraînons à l’intérieur la plupart de l’année, mais dès que les beaux jours reviennent, nous essayons de ressortir.” Depuis 2 ans, dans le cadre d’une convention avec l’Office de tourisme, Franck Ferrière encadre ainsi des séances au lac du Causse, vers la plage du Moulin, à l’ombre des arbres. Il est secondé par quelques membres du club. “Ces séances sont ouvertes à tous et gratuites. Vient qui veut, comme il veut, même en maillot de bain.” L’occasion d’aller à la rencontre de votre “chi”.

Infos auprès de Franck Ferrière, professeur diplômé 3e dan, au 06.83.39.39.69.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire