L'actualité en continu du pays de Brive


“Peut-être la fin des véhicules ventouses…”

Dans les délibérations du conseil municipal de ce soir, figure la nouvelle politique de stationnement en centre-ville qui doit se mettre en place à partir du 1er juin. S’appuyant sur un incontournable horodateur de nouvelle génération, elle favorise la rotation des véhicules pour les courses de courte durée, prévoit un paiement par application mobile et même un stationnement résidentiel très demandé. “Peut-être la fin des véhicules ventouses”, espère le maire Frédéric Soulier.

 

A compter du 1er janvier 2018, le stationnement payant sur voirie sera “dépénalisé” et décentralisé, une réforme voulue par l’État. A charge aux communes de mettre en place d’ici là leur politique en la matière. À Brive, la municipalité a opté pour l’établissement en centre-ville de deux zones de stationnement payant assujettie chacune à une tarification (voir carte plus bas). Sur tout ce domaine payant, c’est la fin des emplacements 20 minutes matérialisés en rouge, au profit de la généralisation pour les 700 places de 30 minutes gratuites, par jour et par véhicule. “Notre idée est de privilégier une meilleure rotation des véhicules, un meilleur turn over, afin de favoriser l’activité commerciale“, résume Dominique Eyssartier, maire-adjoint en charge du dossier.

La zone rouge est réservée au stationnement rapide, limité à 1 heure 30 avec une tarification allant de 50 centimes d’euros à 2 euros. La zone verte à un stationnement n’excédant pas les 4 heures avec une tarification allant de 30 centimes à 4 euros.

“Notre politique tient compte de tous les usagers du centre-ville, qu’ils soient chalands, résidents ou actifs“, souligne le maire Frédéric Soulier. “Le stationnement résidentiel était une attente forte qui ressortait systématiquement des conseils de quartier. Beaucoup de résidents de la zone rouge ou dans le secteur de la gare ne disposent pas en effet de garage ou de parking”, explique Dominique Eyssartier. En fonction de leur lieu d’habitation, les résidents de ces secteurs pourront stationner dans la zone verte la plus proche avec une gratuité pour le 1er véhicule et 10 euros par mois pour le second. Les actifs qui viennent travailler dans la zone payante se verront également proposer un tarif spécifique sur cette zone verte à 1,5 euro la journée, 7 euros la semaine ou 25 euros le mois.

Le grand changement, quelle que soit l’option choisie, est le passage systématique par l’horodateur, même pour bénéficier des 30 minutes gratuites. Des horodateurs de nouvelle génération, 107 au total qui seront progressivement installés courant mai. Il faudra obligatoirement entrer l’immatriculation du véhicule car c’est sur cette reconnaissance que se fera par lecture électronique la régularité ou le défaut de stationnement, soit par les agents ASVP équipés de boitiers électroniques soit par la future voiture LAPIVAO en circulation dans les rues.

Le paiement pourra se faire en espèces par pièces, avec la carte bancaire, par code ou sans contact, et même depuis une application avec un appareil connecté. “Avec cette application, il sera également possible d’ajouter du stationnement par quart d’heure si votre course ou votre rendez-vous se prolonge, dans la limite du temps total imparti évidement”, précise la maire-adjoint. “L’idée est d’inciter les automobilistes, pour les courses de courte durée, à utiliser les 30 minutes gratuites en zone rouge ou les 2 heures gratuites sous barrières places Winston Churchill et du 14 Juillet. Et pour des durées lus longues à opter pour les parkings sous-terrains.” D’autant, comme l’ont rappelé les élus que “les tarifs de stationnement à Brive restent très en dessous de ceux que font payer des villes comparables ou nos chers voisins”.

Toutes les explications dans le dossier du Brivemag de mai.

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Laisser un commentaire