L'actualité en continu du pays de Brive


Pas de réouverture pour l’Empreinte, mais…

Songbook @LNicolas

Conséquence directe des annonces gouvernementales d’hier soir face à la pandémie, la scène nationale Brive-Tulle se voit à nouveau contrainte d’annuler les spectacles programmés, en tout cas pour janvier. Malgré la désillusion, L’Empreinte résiste et maintient d’autres formes de partage, notamment auprès des scolaires.

“Nouvelle année, nouvelle désillusion”, commence le communiqué de la scène nationale. Même le prudent fonctionnement bimestriel mis en place aura une nouvelle fois succombé aux mesures de restriction.

Sont annulés:

  • Noire (jeudi 7 janvier
), Songbook (samedi 9 janvier
), La pie qui dit (samedi 9 janvier
), Tomber en amour (lundi 11 janvier), 
Là (jeudi 14 et vendredi 15 janvier
), La beauté du geste (mercredi 20, jeudi 21 et vendredi 22 janvier
),

Et reportés:

  • Tribune avec Barbara Glowczewki (lundi 25 janvier) à une date ultérieure et Le Festival du Bleu en Hiver (du 22 du 31 janvier) à début juillet.

Les billetteries sont fermées mais une permanence téléphonique est assurée afin de répondre aux questions du mardi au vendredi de 13h à 17h au 05.55.22.15.22.

Pas question pour autant d’accepter que la culture demeure invisible. L’Empreinte s’était déjà adaptée en proposant par exemple des tournées dans les établissements scolaires qui restent autorisées, comme par exemple la semaine prochaine avec le concert dessiné Songbook. La 3e édition des 24 heures chrono du théâtre amateur qui débutent le 23 janvier sont aussi maintenues, sans la restitution publique évidemment.

“Mais cela ne suffit pas, cela ne suffit plus. Nous continuons de réclamer des perspectives claires pour les artistes, et bien sûr pour le public, une date de réouverture afin de ne plus faire pour défaire“, se positionne l’équipe. “Nous continuerons, autrement”, assure-t-elle. L’Empreinte continue à travailler sa trace et repense déjà le festival Du bleu en hiver qui rafraichira l’été. Rebondir devient un art d’équilibriste…

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire