L'actualité en continu du pays de Brive


Oh danse citoyens !

intro hip hop

Ils, et elle, sont élèves mécaniciens carrossiers à Lavoisier et vont offrir ce soir à leurs camarades un spectacle hip-hop qu’ils ont monté avec la compagnie Hervé Koubi: Oh danse citoyens ! Ultimes répétitions avant 17h.

 

pano repetition

Ils sont une vingtaine dont une fille. Tous volontaires et en formation mécanique-carrosserie, les uns en 1ère année CAP, les autres en 2e année de lycée. En guise de costume, des bleus de travail. Comme accessoires de scène, des pneus et des clés anglaises, clin d’œil à leur formation. Mais c’est une tout autre mécanique qu’ils doivent mémoriser: celle de la danse, du hip-hop, de ses déplacements.

repetition 4“Vous savez ce que j’aime dans ce qu’on vient de faire? C’est l’épaisseur du mouvement“, les interpelle Hervé Koubi. Les visages des élèves s’illuminent. Ils reprennent l’enchaînement avec encore plus d’assurance et d’application, ralentissent leurs gestes, ramassant les pneus et repartent d’un pas pesé. “C’est chouette ça”, encourage le chorégraphe.

Ce n’est pas la première fois que la compagnie intervient dans ses murs. L’an dernier déjà, des élèves de Lavoisier avaient participé à une création dans le cadre des Rencontres chorégraphiques de la Corrèze (vous pouvez lire notre article en cliquant ici). Cette année, point de Rencontres sur scène, mais ces apprentis danseurs n’en restitueront pas moins leur travail devant un public sur le parquet du gymnase où ils répètent.

repetition2Tous les élèves, enseignants, entreprises partenaires, ont été conviés tout à l’heure, à 17h. “Nous avons banalisé la dernière heure de cours pour que tout le monde puisse y assister”, précise leur professeur d’EPS Nathalie Ganiere. Le spectacle devrait durer un quart d’heure. Quinze minutes intenses.

Le décompte est entamé, le trac pas encore installé. mais on le sent latent. “Le spectacle de l’an dernier a fait un appel d’air. On a eu deux fois plus d’élèves volontaires. Ils sont moins timides, plus engagés. Il y a une vraie énergie“, se réjouit Hervé Koubi. Gwenaël, 16 ans, n’aurait pas manqué une telle occasion. Lui est passionné de break et a déjà participé à des battles (bataille en anglais, terme pour désigner la compétition). “Habituellement je me bats contre d’autres avec des figures, alors que là, il faut le faire ensemble. Je donne tout mon possible et je suis impatient de voir de quoi je suis capable.”

repetition3“Ils se sentent valorisés et ce regard positif leur fait énormément de bien“, reconnait leur professeur. “Ils s’ouvrent aussi à une autre culture. La plupart avait de la danse une image erronée qu’ils limitaient au tutu. Pour eux, ce n’était pas vraiment physique. Ils se rendent compte des efforts à fournir.”

En guise de percussions, les élèves frappent leurs clés en rythme, martèlent le parquet de leurs pieds, sautent en choeur, créent un tourbillon bruissant d’où émergent le vocabulaire de leur formation. “Démarreur”, “culasse”, “mastic”…  Des mots jetés dans leur valse comme autant de ponts entre des mondes qu’ils jugeaient jusqu’ici inaccordables. Magie de la danse ! Oh danse citoyens !

saut1Sur ce sujet, vous pouvez également consulter notre précédent article:

glissades

repetition

roue1

saut de pneu

saut2

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire