L'actualité en continu du pays de Brive


Nouvelle campagne de fouilles de la grotte Bouyssonie

Les scientifiques reviennent sur la grotte préhistorique dès ce lundi 26 juin et jusqu’à fin juillet. De précieuses semaines qui vont permettre de fouiller des niveaux jusque là inédits et sans équivalent en Europe.

 

La grotte Bouyssonie est située sur une parcelle de la rue Roger Nayrac. Elle a été découverte en mars 2005 par Thierry Bismuth, conservateur à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) et fait depuis 2008 l’objet de fouilles programmées, cofinancées par la commune de Brive, propriétaire du site, par l’État (via la DRAC Aquitaine Limousin Poitou-Charentes) et par l’Université de Rennes.

Les différentes campagnes ont déjà révélé des informations d’importance majeure sur l’occupation préhistorique de Brive et de sa région, avec pas moins d’une douzaine d’occupations, échelonnées entre 33 000 et 5 000 ans avant le présent.

Le préhistorien Damien Pesesse, maître de conférences à l’Université de Rennes et responsable des fouilles de la grotte Bouyssonie, va donc à nouveau s’installer rue Nayrac avec son équipe de scientifiques pour la 8e année, du 26 juin au 30 juillet. Cette nouvelle campagne triennale permettra ainsi de fouiller des niveaux archéologiques jusqu’alors inédits.

En premier lieu, cela concerne un niveau du Magdalénien inférieur, soit 17.000 BP (Before present, date de référence à partir de l’année 1950, correspondant aux premiers essais de datation par le carbone 14) reconnu en 2015 et qui s’avère d’une très grande richesse. Sa découverte comble une lacune majeure dans la séquence archéologique en Europe atlantique, car il présente des conditions de conservation tout à fait remarquables, contrairement aux autres sites français et espagnols rapportés à cette phase. Sa fouille permettra de reconsidérer l’évolution des industries entre les complexes Badegoulien et Magdalénien, car à l’heure actuelle les modalités de cette évolution ne sont pas encore précisément documentées.

En second lieu, la fouille portera sur un niveau qui ne possède aucun équivalent en Europe. Seule la Grotte de Font-Yves, dans la vallée de Planchetorte à proximité, a peut-être livré une industrie semblable en 1905. Un siècle aura été nécessaire pour retrouver un niveau similaire et qui a justifié la mise en place des fouilles de la Grotte Bouyssonie en 2008.

La fouille de ce niveau est à même de mettre en évidence un épisode tout à fait original dans l’évolution des sociétés autour de 30.000 BP. Ni Aurignacien, ni Gravettien, il se situe pourtant stratigraphiquement entre ces deux complexes à la Grotte Bouyssonie. La fouille permettra de définir s’il s’agit d’un épisode isolé ou si des liens sont à rechercher entre divers sites d’Europe qui présentent certaines analogies (Espagne, Italie, Autriche, Crimée). Dans tous les cas, cette industrie permettra de comprendre la reconfiguration des réseaux sociaux à cette période et l’émergence de nouveaux savoir-faire organisés à travers la production d’armatures lithiques.

Pour en savoir plus:

  • une conférence grand public, mardi 18 juillet à 18h30 au musée Labenche. Entrée libre mais réservation conseillée au 05.55.18.17.70. Le responsable des fouilles Damien Pesesse et l’archéophotographe Emilie Lesvignes aborderont les techniques et méthodes de l’archéologie actuelle en Préhistoire.
  • une journée portes ouvertes sur le site samedi 22 juillet. À 10h, 14h, 15h30 et 17h, le responsable Damien Pesesse accueillera les visiteurs et leur proposera une visite commentée du site tandis que son équipe continuera à fouiller. Entrée libre et sans réservation. Attention, le site n’est pas accessible aux PMR (Personnes à mobilité réduite) et ne dispose pas de parking à proximité.
  • vous pouvez suivre le déroulement des fouilles sur le compte Facebook du musée Labenche.
Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Frédérique Brengues, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire