L'actualité en continu du pays de Brive


Noix fraîche : faites vite, la saison est courte

Foiré primée aux noix fraîches

C’est un produit primeur. Profitez en vite car la saison ne dure qu’un petit mois. Ce matin avait d’ailleurs lieu la traditionnelle foire primée aux noix fraîches sur le marché au gros de Cana. Des noix tout juste récoltées dont l’arrivée sur les étals marquent ainsi l’entrée dans l’automne.

 

Noix2Une dizaine de producteurs concourraient ce matin et bons noyers ne seraient mentir, c’est une nouvelle fois la famille Verdier de Sérilhac qui remporte le premier prix assorti d’une plaque fort prisée pouvant avoir une incidence sur le prix de vente au grossiste. A eux dix, les producteurs auront fourni 4 tonnes de Marbot ou Franquette, certains seulement 100kg, la plupart 200 à 400kg et un autre une tonne à lui seul.

“On prélève une centaine de noix sur chaque lot, on va évaluer l’aspect général, définir le calibre, la qualité, combien sont consommables, et on en ouvre 25 pour juger de la maturité”, explique un des juges à l’oeil aiguisé. Autant de critères qui déterminent un classement indiscutable.

calibrage des noixPour Jacky Leymat, producteur de Branceilles, il n’y aurait pas mieux que la noix consommée fraîche mais elle est mal connue des consommateurs. “Il faut la peler et elle se mange nature. Le cerneau est croquant et a un goût de noisette, tout à fait différent de la sèche.” Evidemment. La noix fraîche a une teneur en eau supérieure à 20% alors que pour la sèche, elle est  de moins de 10%.

Elle est ramassée dès que son enveloppe (le brou) se fissure et que le fruit chute naturellement au sol. Au début, on l’aide aussi par vibration. C’est un produit primeur, donc délicat. A ce stade de maturité, la noix fraîche, malgré sa jolie coquille, est aussi fragile qu’une fraise. “Elle se conserve seulement quelques jours au réfrigérateur entre 2 et 4°”.

noix fraîcheLes premières noix fraîches sont apparues sur le marché à la mi septembre, entamant le décompte de la saison. “La qualité y est”, assure Alain Soulié, président du Syndicat de noix fraîche du pays de Brive qui regroupe une quarantaine de producteurs. “Malgré la sécheresse et les fortes chaleurs, la récolte est bonne, en calibre comme en volume.”

Un tiers de la production s’écoule par ce marché de gros qui se tient tous les lundis mercredis et vendredis. Le reste part directement chez les grossistes ou aux consommateurs. Le cours, quant à lui, s’établit entre 1,50 et 1,8 euro le kilo, prix de vente au grossiste. Pour le consommateur, ce sera plutôt autour de 6 euros… A l’image de tout le monde agricole.

Si vous ne connaissez pas encore ce fruit frais, ne tardez donc pas à le découvrir. Après la mi-octobre, la noix ne se consommera plus que sèche. Signe que l’on entre bien dans l’automne, le marron a lui aussi déjà fait son apparition au marché de gros.

Noix5

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire