L'actualité en continu du pays de Brive


Michaël Biard remporte les 24 heures d’Arcueil

Belle victoire pour Michaël Biard du Pays de Brive athlétique club. Pour une troisième participation à une épreuve de 24 heures pédestres, à Arcueil le week-end dernier, non seulement le Briviste passe la barre des 200km mais il s’offre en plus la première marche du podium. “Le premier trophée de ma vie.” Un “ultrafondeur” aux anges qui entre dans la course des grands!

Michaël Biard sur les 24 heures d'Arcueil le 2 octobre 2010“C’est la première fois que je monte sur le podium”, n’en revient toujours pas Michaël Biard. Le licencié du PBAC n’est pas encore descendu de son nuage stratosphérique. Ce samedi 2 octobre à Arcueil, dans la région parisienne, il s’est largement imposé sur les 24 heures. “Je ne l’avais jamais rêvé.” Si à la sonnerie finale, l’ultrafondeur, sur course automatique, ne connaissait pas son kilométrage, il l’a depuis bien imprimé: 203,204km exactement. Une distance qui lui ouvre la première place du podium. Plus que pas mal pour une troisième participation à ce genre d’épreuve!

J’ai couru mon premier 24 heures en 2009 à Brive pour mes 40 ans“, se rappelle-t-il. “J’ai fait un petit score de 164km. C’était une découverte, un peu dilettante. J’ai même terminé mes derniers kilomètres avec ma fille sur les épaules, ce qui ma valu la “une” des journaux.” N’ayant pas pu s’inscrire cette année en open aux Mondiaux de Brive, Michaël Biard s’est rabattu en juin sur les championnats de France à côté de Saint-Etienne. “Il fallait afficher 180km pour être qualifié et j’ai échoué de 600 mètres. J’ai quand même été classé 3e de la course open, mais c’était rageant.”

Alors de rage, le Briviste décide de remettre ça en octobre. “J’avais choisi Arcueil car c’est la seule course qui se passe sur une piste de 400m. On tourne en rond, mais bon, tant qu’à souffrir!” Pour se préparer, l’ultrafondu s’entraîne alors le dimanche à courir tout seul 4 ou 5 heures durant sur la piste d’athlétisme briviste. “Déjà, je trouvais que c’était long. Pour tenir plus longtemps le jour J, je comptais sur l’effet compétition, l’adrénaline. Le tout, c’est de penser à autre chose, de partir ailleurs, s’évader…” Heureusement pour Michaël, son copain de course Thierry Poupard avait aussi décidé de l’accompagner à Arcueil, lui servant autant de chauffeur surtout pour le retour que de coach. “C’est lui qui m’a boosté sur le bord de la piste. A 21 heures, j’avais couru 180km. Il m’a dit qu’il n’y avait pas beaucoup de coureurs aussi en forme que moi, il fallait que je m’accroche, que c’était à ma portée. Alors, je me suis accroché. Je suis passé à la 3e place, puis la 2e et je suis resté en tête pendant la dernière heure.”

Le podium de ces 24 heures d'ArcueilBien sûr, tous ses collègues du PBAC qui, pendant ce temps à Brive, élisaient un nouveau président après la disparition de Patrick Marani, n’ont pas manqué de l’appeler pour le féliciter. “Maintenant, je sais que je n’ai pas le choix. Je suis condamné à persévérer et améliorer mon record.” Evidemment, l’ultrafondeur ne peut que s’aligner aux prochains 24 heures de Brive qui se dérouleront l’année prochaine plus tôt: les 24 et 25 avril, pour le week-end de Pâques et non de l’ascension comme d’habitude. Auparavant, Michaël Biard retentera la Brive-Roca en course à pied, initiée avec Thierry Poupard et Christophe Jean-Baptiste l’an dernier. “Ce sera une excellente préparation pour les 24 heures un mois plus tard.”

Pour l’heure, le vainqueur se repose en jardinant, une seconde passion. Mais surtout, une idée s’est mise à trotter dans sa tête pendant ces 24 heures d’Arcueil. “J’ai vu plusieurs participants courir pour des associations, pour une cause… Ça cogite depuis et l’année prochaine, j’aimerais moi aussi courir pour autre chose. J’ai choisi de courir contre la leucémie, cette maladie qui a emporté mon père. Je cherche d’ailleurs des coureurs pour se joindre à moi. Je ne sais pas encore quelle forme prendra cette participation, un pourcentage des sommes versées par les partenaires, une somme par tour effectué… Mais, c’est en train de mûrir.” Un numéro pour le joindre: 06.87.22.00.14.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire