L'actualité en continu du pays de Brive


Masques faits maison : comment les utiliser correctement

Photo Malou et Léontine

Face à la pénurie de masques, vous êtes nombreux à vous être mis à les fabriquer en tissu ou papier. Encore faut-il correctement les utiliser. A défaut, leur port sera totalement inutile voire risquée.

L’ARS Nouvelle-Aquitaine rappelle que “ces solutions ne répondent pas aux standards de qualité attendus par les professionnels de santé. Aucune efficacité de ces masques n’a été prouvée. Ce ne sont pas des masques de soins et ils ne sont pas prévus pour une exposition risquée.” Leur utilisation, en complément des gestes barrières, peut toutefois permettre de limiter les projections, de faire obstacle aux mains que l’on porte inconsciemment au visage plusieurs fois par heure.

Plusieurs tutoriels sont disponibles sur internet pour les fabriquer soi-même, des initiatives solidaires se sont également multipliées. Voici quelques principes élémentaires à respecter:

  • se laver les mains avant de le mettre en place. Le retirer par l’arrière, par les élastiques ou les liens d’attache puis se laver les mains.
  • il doit couvrir le nez et la bouche et descendre en dessous du menton.
  • il doit être muni de moyens de fixation permettant de le tenir proche du visage et si possible d’un renfort rigide ou d’une attache permettant de mouler le haut du masque sur l’arête du nez.
  • il doit être changé toutes les 4 heures ou dès qu’il est mouillé ou sali.
  • s’il est jetable, il faut le jeter après utilisation dans une poubelle équipée d’un sac plastique
  • en tissu, il doit être laver au minimum à 60e machine pendant au moins 30 minutes, le sécher mécaniquement puis le repasser à 120° pour refaire les plis.

L’ARS vous recommande deux patrons de masque, en tissu AFNOR: https//www.afnor.org/actualités et en papier avec la vidéo du Pr Garin: https://www.youtube.com/watch?v=HXvo93OOV4E.

Elle rappelle aussi que, face aux tensions en approvisionnement en masques, les masques chirurgicaux/2R ou FFP2 doivent être destinés en priorité aux soignants qui sont eux confrontés à une exposition risquée.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire