L'actualité en continu du pays de Brive


L'Unicef se mobilise pour les droits des enfants

stands unicef

En cette journée internationale des droits de l’enfant, l’Unicef brave depuis ce matin le crachin au pied de la collégiale Saint-Martin afin de sensibiliser le public sur le sort des plus jeunes, d’ailleurs comme d’ici. “La France compte un million d’enfants pauvres”, témoigne Pierre Carré, responsable de l’antenne Brive-Corrèze. Sur leurs stands en bleu espérance, les bénévoles vendent également des objets et cadeaux jusqu’à 18h.

 

Les travaux réalisés par les enfants des accueils et des centres de la VilleAprès le très bel après-midi consacré mercredi dernier aux enfants des structures d’accueil municipales de Brive (lire notre article en cliquant ici), l’Unicef porte leurs paroles au coeur même de la ville tout ce vendredi. Les travaux réalisés par près de 200 enfants sont ainsi exposés à la vue de tous. Chaque groupe, avec la perception que lui permettait son âge, a travaillé sur les droits à l’expression et à la participation, thème de cette 26e journée. Cela fait en effet 25 ans que la France a signé la convention internationale des droits de l’enfant, adoptée l’année précédente par les Nations unies… le 20 novembre exactement.

“Cette journée est l’occasion de rappeler au grand public que ces droits fondamentaux existent et qu’ils ne sont pas respecter“, explique le responsable local. “On connait ailleurs le sort des enfants soldats, de ceux qui travaillent très jeunes, de ceux qui n’ont pas accès à l’éducation… Mais stand unicef 1ici aussi, en France, leurs droits ne sont pas respectés. Il y a chez nous un million d’enfants pauvres, on en recense 2.000 qui sont maltraités, chaque année 150.000 filles et garçons quittent le système scolaire sans aucune perspective. Pire, notre pays détient le record des suicides pour les 15-24 ans…”, égraine Pierre Carré.

Les chiffres du Coffrage (Conseil français des associations pour les droits de l’enfant) sont implacables et étonnent toujours le public. “On peut mieux faire”, revendique le bénévole et l’Unicef s’y emploie tout au long de l’année auprès des établissements accueillant des jeunes. “C’est un travail incessant.” L’antenne a déjà en perspective l’organisation de la 27e journée: “Nous allons rééditer l’opération initiée cette année auprès des structures municipales, cette fois ce sera le centre socioculturel de Rivet qui pilotera le projet pour tous les autres.” Les enfants, eux, sont déjà partants.

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire