L'actualité en continu du pays de Brive


Limousin: 95 postes dans l’industrie mécanique et pas un candidat

Actimetal

L’industrie mécanique est un secteur qui recrute: en Limousin, 95 postes sont à pourvoir dans une vingtaine d’entreprises de la Mecanic Vallée. Pourtant, aucune candidature ne se dessine à l’horizon. La visite qu’a faite Jean-Paul Denanot, président de Région, hier à Donzenac dans l’entreprise Actimetal, spécialisée dans des activités de tôlerie fine et de mécanique industrielle, a été l’occasion de faire le point sur ces difficultés de recrutement et sur les perspectives de cette filière.

Visite d'Actimetal“Malgré les crises et les incertitudes, le secteur industriel est encore très porteur et son activité économique continue de progresser”, a déclaré Marc Gomez, nouveau président de l’association Mecanic Vallée et gérant de l’entreprise Actimetal qui emploie 25 personnes et réalise un chiffre d’affaire d’environ deux millions d’euros. “Nous avons pourtant du mal à développer nos emplois puisque nous ne trouvons pas de jeunes pour entrer dans ces filières techniques alors même qu’elles sont porteuses d’emploi”. De fait, dans l’entreprise de Donzenac 3 postes – dont un de soudeur – n’arrivent pas à trouver preneurs et en Limousin ce ne ne sont pas moins de 95 postes qui restent vacants. Un recensement des besoins à court terme a même révélé que d’ici deux ans, 300 emplois sur les 15.000 que regroupe la Mecanic Vallée seront à pourvoir après une grande vague de départ à la retraite.

Actimetal3“J’étais au courant de la difficulté de recrutement dans ce secteur mais je ne soupçonnais pas qu’on en était à ce point là”, a reconnu le président de la Région Limousin Jean-Paul Denanot. D’autant que “le métier a changé”, a affirmé Marc Gomez. “Il n’a plus rien à voir avec l’image qu’on peut encore en avoir grâce à la mécanisation qui a changé bien des choses: exit saleté, bruit à outrance et paye au ras des pâquerettes. Les emplois du secteur sont désormais des emplois qualifiés.” La visite d’hier dans l’atelier d’Actimetal l’a illustré. L’entreprise est équipée en machines modernes et performantes grâce auxquelles le gérant affirme ne pas craindre la concurrence, même asiatique. “De plus, on fait un effort particulier sur les payes. Avec un peu de qualification, il est rapidement possible d’atteindre un salaire de 30 à 40 % au-dessus du SMIC”.

Marc Gomez, gérant d'Actimetal et nouveau président de la Mecanic Vallée“Le problème est que les jeunes manquent d’information et c’est cette information qui est selon moi le maillon faible de l’Education Nationale”, a affirmé Jean-Paul Denanot. C’est pour lutter contre cela que la Région a mis en place un SAS “orientation active pour l’emploi des jeunes”. Pendant trois mois, ceux qui sont désireux de se faire une idée réelle du métier ont la possibilité de tourner dans différentes entreprises tout en bénéficiant d’une bourse. A l’état d’expérimentation jusqu’alors, les résultats concluants (80 % des jeunes ont trouvé une orientation, une formation ou un métier) devraient permettre le développement de ce dispositif.

Actimetal

Actimetal

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire