L'actualité en continu du pays de Brive


L’hôpital de Brive accélère dans le traitement du cancer

Un nouvel accélérateur de radiothérapie, le Trubeamtm Novalis X, équipe désormais le centre hospitalier de Brive et assure des traitements ciblés du cancer, gage de plus d’efficacité et de confort pour les patients. Et derrière cette technologie de dernière génération et de haute précision, il y a le travail et le savoir-faire de toute une équipe.

Répondant au nom de Trubeamtm Novalis X, l’accélérateur de dernière génération est le nouvel allié du service de radiothérapie et des patients du centre hospitalier de Brive. “Avec ses petites lames de 2mm qui bougent et laissent passer les faisceaux d’énergie, son système d’imagerie embarquée et sa table permettant rotations et translations, le nouvel accélérateur assure une meilleure précision de la cible tumorale, une optimisation de la dose délivrée et la prise en compte des variations anatomiques et des mouvements pendant l’irradiation“, explique le radiothérapeute Léopold Kamsu Kom.

Dans les deux dernières décennies, les progrès en la matière ont été immenses. Il y a eu la 2D et la 3D puis la possibilité de moduler les intensités. Aujourd’hui les nouvelles technologies permettent de traiter des cibles millimétriques – et parfois même inframillimétriques – inaccessibles à la chirurgie mais aussi des tumeurs mobiles. “On est entré dans l’ère de la très haute précision et de la stéréotaxie“, poursuit le docteur.

La radiothérapie dite en conditions
stéréotaxiques permettra donc, dès l’automne,
de traiter des volumes complexes avec une précision millimétrique tout en diminuant le nombre de séances de traitement et en épargnant les tissus et organes sains avoisinants. “Avant, toute une zone autour de l’endroit détecté était arrosée”, précise le docteur Léopold Kamsu Kom. “Aujourd’hui, on est
capable de délivrer de très fortes doses en très peu de temps.” Plus d’efficacité, plus de patients traités, moins de séances nécessaires, plus de confort pour le patient qui souffre moins des effets secondaires du traitement… “Cette technologie va prolonger la survie des patients avec une excellente qualité de vie”, résume Laure Vayre, responsable de pôle.

“L’utilisation est plus fonctionnelle et pour le patient, c’est plus rapide, plus silencieux aussi”, indique Aurélie Castanier, une des manipulatrices en radiothérapie référentes sur cet appareil. Car derrière la machine, il y a l’humain, les compétences de toute l’équipe du service de radiothérapie qui a œuvré collectivement à la mise en place de ce projet. Il a nécessité un investissement de plus de 4 millions d’euros mais aussi une installation de deux mois suivie de quatre mois de paramétrage puis la formation des équipes. “Depuis le mois de septembre, on a dû revoir le fonctionnement du service équipé de deux autre machines et étendre les horaires d’ouverture de 8h à 20h30 pour assurer les traitements des patients sans prendre de retard”, explique-t-on du côté du service.

“Auparavant, des patients pouvaient être envoyés dans des centres à 200km de là, à Bordeaux ou Toulouse”, ajoute Michèle Delpy, cadre supérieure de santé. Aujourd’hui, ces patients peuvent être pris en charge en proximité au centre hospitalier de Brive, premier centre en Limousin à avoir été équipé de cette technologie. Limoges le sera très bientôt. “Nous avons de la chance d’avoir un pôle comme celui-là à Brive”, termine le directeur de l’hôpital de Brive François Gauthiez. Un pôle où plus de 21.000 séances de radiothérapie ont pu être réalisées en 2019 et 1500 nouveaux malades accueillis.
Et le service poursuit son évolution. D’ici la fin de l’année, il va se doter d’un scanner de nouvelle génération tenant compte des mouvements respiratoires, soit un investissement de 400.000 euros.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire