L'actualité en continu du pays de Brive


En soudant l’émail, Costa sculpte la couleur

intro costa

Sculpteur-soudeur de panneaux de signalisation, l’autodidacte Fernando Costa, qui vit et travaille à Sarlat, expose dans le monde entier. Et cet été à Brive et Périgueux. Dans la cité gaillarde, c’est le Garage qui présente depuis aujourd’hui une cinquantaine de ses œuvres qui en imposent par leur taille et leurs couleurs. 

visite expo“Brive et Périgueux sont les deux premières villes qui m’ont donné de la matière pour travailler”, commence Costa. L’artiste autodidacte, fils d’émigrés portugais, compte aujourd’hui parmi les plus côtés de sa génération. Pourtant, il ne boude pas son plaisir d’exposer dans ces deux villes de taille moyenne qui ont “dès le début bien voulu jouer le jeu. Car à 99%, mon outil de travail est fait de rebuts”, explique celui qui, enfant, est resté marqué par les compressions de César Baldaccini.

Ces panneaux en émail des années 1950 à 1970, qui constitue sa palette de couleurs, il les tient de particuliers. C’est le cas pour des plaques vertes et jaunes qui lui ont été données jadis par des Brivistes qu’il aimerait d’ailleurs bien retrouver. Mais surtout, comme il bénéficie à présent d’autorisation, il les récupère auprès de professionnels de la DDE et autres ateliers municipaux.

pano

“L’une des œuvres exposées au Garage a d’ailleurs été exclusivement composée avec des numéros de rues de Brive“, explique l’artiste volubile qui, avant la conférence de presse de midi, a tenu à offrir une visite guidée. Une habitude à laquelle il ne déroge jamais. Au Garage, le grand public sera d’ailleurs invité à y prendre part les 2 et 23 juillet, le 20 août et le 17 septembre à 14h30 et 16h.

michelinL’occasion de mieux pénétrer l’univers de cet artiste qui a vécu sa première vie dans l’hôtellerie et qui se passionne pour des sujets aussi variés que la première guerre mondiale et la course automobile. Point d’orgue de l’exposition briviste d’ailleurs, l’Art car, la voiture de course des 24 heures du Mans, (on vous en avait parlé ici) a été dévoilée ce midi. Une pièce d’envergure qui en côtoie de nombreuses autres: “L’espace du Garage nous a permis de présenter des grandes pièces”, a précisé Anne Collasson, conseillère municipale déléguée aux expositions temporaires, qui s’est félicitée de ce partenariat artistique avec Périgueux. “Il ne va pas s’arrêter là”, a complété Elisabeth Dartencet, adjoint au maire en charge de la culture à Périgueux: “Il sera prolongé avec l’école municipale d’arts plastiques et la classe de hautbois du conservatoire de Brive qui viendra jouer chez nous le 25 juin.”

piece mortuaireSe retrouvent ainsi exposées au Garage des œuvres monumentales et graphiques: un Bibendum, fruit de 400 heures de travail et réalisé en hommage à son créateur O’Galop, originaire de Carsac, un village proche de Sarlat; ou encore un tableau de 4m sur 1m80, hommage à la célèbre photo des Beatles prise sur Abbey road. Sur cette pièce qui, comme de nombreuses autres, en dit long, on peut suivre le fil d’une histoire pleine de dates, de menus détails et de grands événements, racontée avec les pictogrammes des panneaux de signalisation, les numéros et noms de rue.

Puis il y a ce cercueil vierge de toutes inscriptions, revêtue sobrement de ferraille blanche et présentée dans une pièce à part. La première installation de Costa dédiée à tous les artistes inconnus. En face, un texte anonyme prévient:”Achetez aux artistes pendant qu’ils sont vivants. Après, ça ne leur sert à rien et c’est plus cher.” Il est ajouté, un peu plus loin: “La spéculation sur l’œuvre post-mortem me révolte.” Des mots de lui cette fois-ci. “De la bande de copains, je suis le seul à m’en être sorti et à pouvoir en vivre.” Il poursuit, lucide, en triturant sa bague tête de mort portée à l’annulaire: “Je ne vais pas révolutionner le marché de l’art.” Ni message, ni provocation ne sont non plus à chercher dans ses pièces. “Que de la joie et de la gaieté. Et si, devant mes pièces, riches et pauvres peuvent se marrer, alors c’est gagné!”

Costa au Garage, 19-21 bd Herriot à Brive. Jusqu’au 18 septembre. Vernissage: samedi 25 juin à 18h en présence de Marc-Antoine Millon, au cristal baschet, accompagné du jeune artiste électro de renommée internationale Mike Sheridan. Infos: 05.55.88.80.81. Du mardi au samedi de 12h à 18h et le dimanche, de 15h à 18h. Entrée libre.

pano conf de presse

les frances

voiture

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

Laisser un commentaire