L'actualité en continu du pays de Brive


Des aînés de Rivet tricotent pour les bébés

Tout au long de l’année, elles sont 5 dames de la résidence autonomie Les jardins de Rivet à tricoter des layettes distribuées ensuite par les bénévoles des Restos du cœur aux jeunes parents qui en ont besoin. La remise des bonnets, gilets, pulls, brassières et autres chaussons de laine a eu lieu hier après-midi en présence de la conseillère municipale Marie-Josée Jacquet.

Les petits habits de laine, une quarantaine en tout, égayent de leurs couleurs et de leur mignonnerie la salle et les visages. Bénévoles des Restos du cœur, résidents et personnels du foyer déplient pêle-mêle écharpes, pulls ou brassières et s’enthousiasment devant le travail accompli. Elles sont 5 dames à avoir œuvré pendant l’année. Une fois par semaine, elles se sont retrouvées pour tricoter. “Nous avions différents niveaux. Pour certaines, cela a été difficile”, explique Jeannie. “Mais on s’y tient, on s’encourage. C’est stimulant.” C’est aussi pour elles, une manière de “se sentir utile” et de “faire plaisir“. Un plaisir d’autant plus grand que leurs ouvrages sont destinés aux bébés.

“Aux Restos, on distribue aussi des colis naissance pour que les parents dans le besoin puissent accueillir leur enfant dans les meilleures conditions possibles”, explique la bénévole Liliane Joly. Dans ces colis, on retrouve notamment des chaussons et des brassières. “C’est ce qu’on leur demande à la maternité et c’est ce dont nous avons le plus besoin.”

C’est la 4e année de ce partenariat entre l’association et la résidence autonomie. “C’est une longue histoire”, poursuit Liliane. “Je venais faire des activités manuelles avec les résidents. L’une d’entre eux tricotait des chaussons de bébé, et uniquement cela. C’était la grand-mère d’une petite dont je m’occupais lorsque j’étais encore assistante maternelle.” C’est comme cela que le fil s’est tissé. Et pour qu’il ne casse pas, la bénévole profite de cette remise officielle pour lancer un appel au don de laine.

Pour la résidence, cette opération est “un moyen de faire connaître la structure et d’apporter une pierre à l’édifice de l’aide sociale”, explique Olivier Bourg, responsable de la résidence autonomie, en soulignant la vertu du tricot et le plaisir que cette opération procure aux participantes. Des bénéfices qui l’ont incité à aller plus loin. “On profite de cette journée pour faire rencontrer les deux ateliers tricot de Rivet et du Chapeau rouge.” L’occasion de partager connaissances et expériences et de faire naître de nouvelles idées, de nouveaux projets.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire