L'actualité en continu du pays de Brive


Les Portugais de Brive: une assimilation réussie teintée de nostalgie

P1030712

17 ans après, Patrick Séraudie replonge l’objectif de sa caméra au cœur de la communauté portugaise de Brive. Le réalisateur entend saisir la vérité et parfois la complexité des situations de ces immigrants, dont la première génération est arrivée dans les années 60, et qui depuis 2008 connait une nouvelle vague de déracinements avec la crise économique. Ce documentaire de 52 minutes, réalisé pour France 3 Sud-Ouest et la RTP 2 au Portugal, ne pouvait qu’intéresser la mairie de Brive, jumelée depuis près de 12 ans à la ville de Guimaraes, berceau de la nation portugaise.

CP1030723‘est une cartographie psychologique et sociale que dressera le documentaire “Le choix du pays”. Patrick Séraudie va en débuter le tournage cet été au Portugal en suivant des Portugais installés à Brive qui retourne voir leurs familles pour les vacances. Une dizaine de personnes, pas plus, mais représentative de l’état d’esprit dans lequel se trouve cette communauté. A la rentrée et au début de l’hiver, c’est à Brive que sera tourné le reste. “Le choix du pays” veut s’attacher à saisir toute la complexité des situations des uns et des autres. Ceux de la première vague migratoire durant les 30 glorieuses, et ceux, arrivés depuis peu, poussés à l’exil en raison de la crise économique. Rencontrent-ils les mêmes difficultés que leurs aînés? Ont-ils les mêmes solutions pour y remédier? Sont-ils aussi tiraillés entre 2 cultures comme le sont souvent ceux arrivés dans les années 60? Autant de questions, autant de réponses peut-être différentes suivant les situations.

Les anciens estiment avoir eu du mal au début. Leurs enfants surtout, si facilement taxé de “petit portugais”, pour ne pas employer d’autres termes plus péjoratifs. Aujourd’hui, ces enfants ont grandi, se sont mariés et sont, comme leurs parents tout à fait bien assimilés. Le Portugal et la France ont un socle commun culturel et historique si important qu’il ne peut guère y avoir de problèmes. P1030720Dans les années 60, l’arrivée fut tout de même difficile, mais le travail ne manquait pas, ce qui a grandement facilité les choses aussi. Une assimilation réussie, mais teintée de nostalgie, de mélancolie, la Saudade en Portugais, dans laquelle baigne le Fado, indissociable de l’âme de ce peuple.

Il y a 17 ans, Patrick Séraudie a tourné un premier documentaire sur cette communauté. “Lissac” interrogeait sur les difficultés d’installation de ces migrants, le racisme, l’apprentissage de la langue, des coutumes, de la culture de cette terre du Causse, des conditions de vie rudimentaires. Il avait rencontré pour cela les quelques familles qui s’y trouvait encore en 1997, ayant choisi de finir leur vie sur les bords du lac de Chasteaux et, contrairement à beaucoup, ne désirant pas retourner passer leur retraite au Portugal. Cette génération est disparue aujourd’hui, pratiquement. Le réalisateur souhaite donc s’intéresser à leurs enfants et petits-enfants et à leur tiraillement entre leurs origines et leur vie ici. Certains d’entre eux, aujourd’hui adultes, ressentent toujours cette sorte de mal-être, partagés entre la France et le Portugal. Il va également porter un regard sur la nouvelle vague de migrants, les victimes de la crise financière.

P1030716La communauté portugaise a vu ses effectifs presque doubler depuis 2008. Comment ces nouveaux déracinés vivent-ils cet exil? Quelles sont leurs difficultés dans notre pays où le plein emploi ne trouve plus sa place que dans les livres d’histoire? Sont-ils accueillis avec la même méfiance que leurs aînés?

La mairie de Brive se devait de soutenir un tel projet documentaire car il concerne une part non négligeable de la population. De plus, la ville a des liens particuliers et forts avec le Portugal à travers le jumelage avec Guimaraes. Cette cité portugaise de 170 000 habitants, située dans le district de Braga au nord du pays est le berceau de l’identité, de la culture, de la nation portugaise. C’est là que s’est forgé ce pays au XIIe siècle. La présentation de ce projet de reportage a été l’occasion pour Jean-Marc Comas, adjoint à la culture, et Fatima Jacinto, conseillère déléguée aux personnes âgées et dépendantes, mais surtout pour l’occasion d’origine portugaise, de renouveler leur attachement à ce jumelage et de réaffirmer leur désir de le faire vivre en l’appuyant notamment sur de riches échanges culturels.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire