L'actualité en continu du pays de Brive


Les métamorphoses d’Eric Allain

Inauguration de l'exposition d'Eric Allain.Des bagnoles cabossées, des pompes à essence isolées et des mobylettes abandonnées sont entreposées. Nous ne sommes pas dans un garage, mais à la chapelle Saint Libéral où ces objets, figurés sur des toiles, sont exposés depuis vendredi soir. C’est surprenant, “très inhabituel” même comme le confie à l’artiste un monsieur présent lors de l’inauguration. Eric Allain emprunte ses thèmes à la vie quotidienne, il figure l’ordinaire et le sublime.

Eric Allain devant une de ses œuvres.La trentaine d’acryliques exposées à la chapelle représente des objets abîmés, des êtres abandonnés, mais aussi des corps et des visages de femmes centrés sur des bouches rouges et pulpeuses, un téléphone rose ou encore un escarpin carmin. Quand ce n’est pas l’objet figuré qui étonne voire détonne, c’est la construction de la toile, l’angle de vue choisi: “Je veux perturber le regard”, commente Eric Allain. Ça roule, une acrylique représentant un homme assis de dos sur un fauteuil roulant, s’inscrit dans cette visée: “C’est le genre de toile qui interpelle le public, qui choque les gens et c’est cela qui m’intéresse”, précise l’artiste.

“Ce n’est pas l’objet en soi qui intéresse Eric Allain, c’est la trace de vie dont cet objet est le symbole”, précise Françoise Gautry, adjoint en charge de l’action culturelle. A l’origine de la toile, il y a des photos que l’artiste multiplie à chaque rencontre d’un objet qui le touche, l’émeut ou l’intrigue. Par son travail sur les matières épaisses de la toile, réalisé à l’aide d’outils de maçons, l’artiste redonne vie à ces objets meurtris et abandonnés. Les couleurs vives de la toile, ses tons intenses confèrent une force et une puissance que la photo ne contient pas, selon l’artiste.

“Je recherche avant tout l’émotion et non le corps pour le corps, l’objet pour l’objet”. Eric Allain, artiste magicien, métamorphose le réel et veut changer le regard que nous portons sur les choses: il sublime les objets de la vie quotidienne, qui nous deviennent attachants, et magnifie les corps qu’il gorge d’une sensualité érotique. Exaltant!

L’exposition d’Eric Allain est à voir jusqu’au mercredi 10 mars à la chapelle Saint Libéral. Entrée libre. Infos : 05.55.74.41.29.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire