L'actualité en continu du pays de Brive


Les grands CM2 se mettent au Petit Gibus

Distribution du Petit gibus à 'écolde de la cité des Roses

Petit Gibus? Rien à voir avec le joyeux film La guerre des boutons, même si les destinataires de ce magazine citoyen ont sensiblement le même âge que l’auteur de la fameuse réplique “Si j’aurais su, j’aurais po v’nu”. Grâce à l’Association des maires de la Corrèze, tous les CM2 du département recevront à titre expérimental les 3 numéros de l’année. Une distribution officielle du premier exemplaire a eu lieu ce matin dans les écoles de la cité des Roses et Paul de Salvandy.

Nicole Chaumont et Michel Da Cunha dans la classe de CM2 de Jean-Yves Cojan à l'écolde de la cité des RosesEcole de la Cité des Roses. Ambiance studieuse dans la classe de Jean-Yves Cojan. Le grand tableau noir donne le ton, “les verbes au passé composé”, et leur subtilité y est d’ailleurs déclinée selon les groupes. La leçon du jour s’interrompt juste avant la récré avec l’arrivée de Nicole Chaumont, maire-adjoint chargée de l’enseignement et son homologue de quartier Michel Da Cunha, venus distribuer à chaque élève de cette classe de CM2 un exemplaire du Petit Gibus. Sitôt distribué, le journal est feuilleté dans les deux sens et quelques enfants se lancent déjà dans la résolution d’une grille. “Vous le lirez à la maison. Il y a plein de choses intéressantes et un petit jeu à la fin. Nous travaillerons dessus en janvier, après les évaluations nationales”, programme l’instituteur.

En classe de CM2 à la cité des Roses

Ce numéro est intitulé “A la découverte de ma commune” et explique aux enfants avec un langage simple et illustré d’exemples proches, la commune, les rouages de la vie civique. Bref, tout ce qui constitue la vie quotidienne du citoyen dans le respect des autres et des choses qui nous entourent. “C’est un outil pédagogique”, explique Nicole Chaumont. “L’association des maires de la Corrèze prend intégralement en charge l’abonnement annuel, ce qui revient à 3,60 euros par élève pour les trois numéros. Si l’expérience est concluante, elle pourra être reconduite l’année prochaine. L’association des maires du département subventionnera alors l’abonnement à 50% et l’autre moitié sera à la charge de la commune qui souhaite poursuivre l’initiative.”

Le maire Philippe Nauche à l'école Paul de SalvandyBis repetita à l’école Paul de Salvandy quelques minutes plus tard, cette fois Nicole Chaumont est accompagnée par François Gautry, élue référent de l’école… et par Philippe Nauche. “C’est le maire, je l’ai jamais vu de ma vie, j’y crois pas!”, chuchote tout ému un élève à ses camarades. “Votre maitre est chargé de vous faire la classe et la mairie doit apporter les choses qui vont autour”, explique le député-maire. “Ils savent que c’est la commune qui finance les écoles, notamment une partie de notre classe de neige en janvier prochain”, atteste le directeur François Clauzel. “Ce journal est bien fait et ludique. Il va nous permettre de rentrer dans le détail de ce que nous avons déjà étudié, la commune, l’intercommunalité…” Dans cette école aussi la citoyenneté n’est pas un vain mot. Particularité de l’école: “Toutes les classes, dès la maternelle, ont des délégués de classe et nous avons organisé les élections avec un vote solennel, des urnes, des enveloppes République française et un dépouillement très surveillé…” Là aussi, les bases d’une solide citoyenneté.

Mathilde découvre le Petit gibus

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire