L'actualité en continu du pays de Brive


Les foires franches bien installées sur la Guierle

Les foires franches s'installent sur la Guierle

Les foires franches resteront à la Guierle, c’est un facteur dynamisant du centre-ville.” D’emblée, le premier adjoint Patricia Bordas a écarté les rumeurs récurrentes qui voudraient déplacer cette fête. L’avenir a donc été clarifié lors d’une conférence de presse réunissant ce matin élus, représentants des forains et des commerçants.

Les attractions se mettent en place pour l’ouverture ce samedi à 14h. Pendant quinze jours, petits et grands vont frissonner grâce à la soixantaine de manèges, dont un “Boomerang” qui va vous agiter dans tous les sens et un “Booster” d’une hauteur de 40 mètres. Durant cette période, le marché alimentaire reste inchangé, celui du textile et produits manufacturés sera déplacé avenue de Paris qui, comme l’an dernier, sera fermée à la circulation les samedis (5, 12 et 19 juin).

Lors de la conférence de presse. Autour de Patricia Bordas, des maire-adjoints, des représentants des forainns et des commerçants

“Les foires franches à Brive? Houuu! Ça doit faire une bonne cinquantaine d’années”, estime l’élue. “Moi je dirais 70 ans, j’y allais quand j’étais jeune”, renchérit le commerçant. “C’est plus que ça. Ma grand-mère tenait déjà un manège”, témoigne le forain. “Je demanderais à mon père qui a 86 ans”, relance un élu. De mémoire, aucun participant n’a pu dater cette manifestation qui revient chaque année à l’approche de la saison estivale. Une note administrative estime vaguement la création au 18e siècle. Autant dire une institution!

Patricia Bordas, premier adjoint au maireLes foires franches continueront d’être une locomotive commerciale et un facteur dynamisant du centre-ville“, a affirmé Patricia Bordas, premier adjoint au maire. “Elles resteront à la Guierle”, insiste l’élue, “leur emplacement a d’ailleurs été pris en compte dans l’aménagement de l’avenue de Paris La Guierle. Nous voulons que les moments forts, tels la foire du livre, le festival de l’élevage, les foires franches, restent où ils sont, près du centre-ville. Toutes ces festivités font vivre notre ville.” A titre d’illustration, le premier adjoint a rappelé que la manifestation avait rapporté plus de 26.000 euros à la Ville au terme de droits de place.

“En tant que président des commerçants du centre-ville, je suis très attaché à ce que les forains restent ici”, abonde Jacques Marouby. “Je suis aussi très partisan de mettre des commerçants non sédentaires place du Civoire afin de créer un prolongement vers la collégiale. Il faut relever le défi de cette place. Mais seulement quatre d’entre eux ont accepté de s’y installer”, déplore le commerçant. Les marchés non alimentaires du samedi s’étendront sur l’avenue de Paris qui sera fermée à la circulation de la rue maréchal Brune au boulevard Koenig (du Vizir aux Passages de Brive) soit les samedis 5, 12 et 19 juin et ce de 0h à 19h. L’expérience initiée l’an dernier a été jugée “concluante”. Quelques commerçants de vêtements et accessoires viendront également rue Toulzac les mardis et jeudis.

En attendant, les manèges achèvent leur installation sur la Guierle. Dans cette configuration intégrant les travaux du théâtre, il a fallu comme l’an dernier pousser un peu le marché non alimentaire sur l’avenue de Paris. “Tout s’est très bien passé”, assure Patricia Bordas. “Quand tout le monde y met du sien”, confirme Eugène Coignoux, vice-président national du monde forain. Il prône même “la mise en place d’un cahier des charges, comme cela se fait ailleurs dans les grandes villes, qui permettrait d’éviter les petits achoppements. La Ville a fait beaucoup d’efforts pour les forains. Il faut que la fête continue.” Tout va donc presque pour le mieux dans presque le meilleur des mondes.

manègeAu total, sur la Guierle et les jardins, il y aura donc une soixantaine d’attractions avec toujours une belle diversité, les plus traditionnelles qui font toujours rêver, les auto-tamponneuses, les manèges pour enfants, mais aussi les manèges à sensations qui déclenchent cris et grands frissons. Certains ont des noms très explicites, “Chaos”, “Shake off”, “Show boat”, sans oublier les stands de confiseries pour les gourmands. Cette année, les regards se tournent vers deux grosses attractions: “un “Boomerang” qui monte à 30 mètres et fait des rotations dans tous les sens“, explique le représentant des forains, ainsi qu’un “Booster” et son grand bras articulé tournant autour d’un axe et vous, dans une nacelle, à l’une ou l’autre des extrémités, jouant les centrifugeuses. “Ce n’est pas une attraction nouvelle, mais ça fait un moment qu’il n’y en avait pas eu à Brive”, commente Eugène Coignoux. Pour l’un comme pour l’autre, il faudra avoir l’estomac bien accroché.

Les foires franches débuteront samedi 5 juin à 14h. Elles fonctionneront tous les jours jusqu’au 20 juin, de 11h30 à minuit sauf les samedis jusqu’à 1h. La journée demi-tarif sera mercredi 16 juin. Comme de tradition, un feu d’artifice clôturera la saison, le 20 juin à partir de 22h30, dans les jardins de la Guierle. Que la fête commence!

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire