L'actualité en continu du pays de Brive


Les Coteaux du Saillant jouent la carte de l'oenotourisme

intro vignes

“Notre rôle est aussi d’être des acteurs du développement local”, a assuré René Maury, président de la cave coopérative coopérative des Coteaux du Saillant, au président de l’Agglo Frédéric Soulier, visiblement séduit par une “route de la vigne qui renouerait avec la tradition”.

visiteAutour du Saillant, les vendanges vont bon train. “Nous sommes aux 3/4 de la récolte et les quantités sont bonnes. Nous allons atteindre un peu plus de 500 hectolitres. Il est encore trop tôt pour parler de la qualité, mais les conditions climatiques étaient réunies.” Après une “petite” année 2013 (seulement 270 hectolitres et une météo qui avait empêché la récolte du moelleux), les sourires sont donc à nouveau de mise parmi les coopérateurs de la cave.

Ce matin, quelques uns d’entre eux recevaient le président de l’Agglo de Brive et les maires de Voutezac et d’Allassac, Nicole Poulverel et Jean-Louis Lascaux. Histoire de parler un peu d’oenotoursime. Visite des chais, petit tour dans les vignes et dégustation de crus à la clé. “C’est un vin qui se bonifie avec le temps”, s’accordent les goûteurs.

dans les vignes“Nous sommes dans un pays de vignes. On sait faire du vin”, commente le président de cette jeune cave créée en 2003. “Notre objectif maintenant, c’est d’attirer des clients, des touristes qui sont demandeurs de culture. Nous sommes nous mêmes très attachés à cette notion de terroir.”

“La force du territoire, ce sont ses produits”, approuve Frédéric Soulier. “C’est un élément de valorisation qu’il faut intégrer dans une logique touristique.” Une compétence qui relève directement de la communauté d’agglomération.

bouteilleAprès la relâche hebdomadaire, les vendanges vont se poursuivre dès lundi avec la récolte du Chenin sec. “Nous allons laisser sur pied un quart des grappes, les plus jolies, sans défaut”, explique René Maury. “Nous ne les ramasseront que 10 jours plus tard pour faire du moelleux et du liquoreux… Si le temps le permet. Les vendanges ne se planifient pas. C’est une question de taille, de météo, de maturité, de ce que l’on veut faire comme vin… c’est très complexe.”

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter notre précédent article:

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire