L'actualité en continu du pays de Brive


Les commerces s’organisent face au nouveau confinement

Photo MCM

Avec ce nouveau confinement, les commerces non essentiels, bars et restaurants vont devoir baisser le rideau. En ce jeudi charnière, certains tentent d’écouler le stock de produits périssables, d’autres se préparent à fonctionner en drive ou livraison et beaucoup en centre ville devraient rester ouverts jusqu’à 22h. Un confinement qui met aussi en lumière tout l’intérêt d’être visible sur le numérique.

“Dernière danse” affichait hier dès la fin de l’allocution télévisée du président de la République la page Facebook de l’Office du commerce de Brive. Pour l’association des commerçants du centre-ville, il s’agit d’une invitation à venir profiter d’une nocturne exceptionnelle ce soir jusqu’à 22h. Car à minuit, la France va à nouveau basculer dans le confinement avec son lot de privations pour préserver notre santé.

Les mesures doivent encore être détaillées en fin de journée par le premier ministre, mais les bars et restaurants tentent de réduire la perte immédiate en écoulant le maximum de produits périssables. Comme le Café de Paris qui proclamait “un jeudi midi anti-gaspi” en organisant deux services et en jouant sur les prix avec toutes les entrées à 3 euros et tous les plats à 10. La cantine Le Chat noir de la rue Saint-Libéral, habituellement fermée le jeudi soir, annonce quant à elle qu’elle sera ouvrait tout aussi exceptionnellement de 19h à 21h30, avec réservation obligatoire, pour “vider les futs et ne pas perdre les stocks”. Tout en lançant un appel à venir déguster les derniers moments sur place, le restaurant Chez Paulo, rue Saint Grégoire, met en vente à emporter au prix de 24 euros le kilos sa viande de bœuf Limousine maturée ou de ses côtes de veau de lait limousin…

D’autres s’organisent déjà pour après-demain. Ultime journée de service à table également pour L’Arrosoir rue Farro, mais le café a sorti la grande ardoise dans la rue pour annoncer qu’il versait dès lundi dans la vente à emporter, en affichant les plats du jour pour toute la semaine prochaine. “C’est parti pour la semaine prochaine. On va déjà tester”, expliquent Isabelle et Cathy. “À la différence du premier confinement, il y aura davantage de personnes qui continueront à travailler autour de notre café. Ça va déjà nous permettre d’écouler les stocks. On va voir si ça marche et si ça reste rentable.”

Même chez ceux qui dans l’alimentaire sont autorisés à rester ouverts, la solidarité s’organise à l’égard des confrères obligés de baisser le rideau. “Selon ce qui va être précisé ce soir, on va proposer par exemple aux libraires de la Baignoire d’Archimède de refaire un click and collect chez nous”, explique Manuela au Day by day de la rue Gambetta. “Et pour nos clients fragiles ou éloignés, nous allons reprendre les livraisons en les étendant cette fois au-delà de Brive, avec des secteurs bien définis par jour.”

Ce nouveau confinement met en lumière la nécessité du numérique pour garder malgré tout une activité. Certains ont d’ailleurs profité du premier épisode pour se mettre à la page, revoir ou créer des services en ligne. Le dispositif Briv’accélère mis en place par l’Agglo en a déjà accompagné gratuitement un grand nombre dans cette transformation. “Ceux qui avaient des sites e-commerce ont pu continuer à travailler”, insiste sa responsable Mélany Decemme.

Photo Diarmid Courrèges

“Nous avions un site par défaut, trop lent, inadapté au nombre de nos références techniques et avec des dysfonctionnements au moment du paiement”, témoigne Lucie Leymarie de la Cave du Pic vert. Comme il existe peu de boutiques spécialisées dans le vin naturel et encore moins sur internet, l’enjeu pour la cave était de “se positionner rapidement pour s’attirer une clientèle et lui proposer ce service complémentaire”.

“Sans Briv’accélère, nous n’aurions pas pu le faire”, assure la caviste. “L’audit qui est systématiquement mené au préalable a permis de nous poser les bonnes questions, d’établir un cahier des charges, d’être accompagné et conseillé. Nous avons rencontré différents prestataires, pu choisir celui qui correspondait le mieux à notre philosophie et nous avons bénéficié de l’aide financière. La procédure va très vite et porte bien son nom. Aujourd’hui, nous avons un site efficace, fiable, avec une meilleure analytique pour évoluer. Dommage de ne pas l’avoir eu pendant le premier confinement.” Pour avoir des infos sur le dispositif, contactez le 05.55.24.67.47 ou 06.70.34.61.08 ou briv-accelere@agglodebrive.fr. Ou à la Maison Cœur de ville rue Gambetta. À noter aussi des ateliers collectifs de sensibilisation ou de pratique qui vont être proposés bientôt en live sur Facebook.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire