L'actualité en continu du pays de Brive


Les Bisons ont donné pour le bison. Et vous ?

Les militaires du régiment briviste se sont eux-aussi mobilisés pour contribuer à financer la sculpture monumentale à l’effigie de leur emblème qui sera inaugurée le 25 juin prochain au cœur du nouveau quartier Brune, leur ancienne caserne. En fin de matinée, leur chef de corps, le colonel Ferraton, a symboliquement remis un chèque de 1.350 euros, de la part des Bisons pour le bison. La souscription continue. Donnez selon vos moyens, 5, 10, 20 euros, plus… mais donnez. Vous pouvez le faire par virement ou CB sur collecticity.fr. Également en numéraire ou par chèque en mairie sur rendez-vous au 05.55.18.18.37. Un don qui, point important, vous ouvre un crédit d’impôt.

Déjà 37.485 euros recueillis provenant de 67 donateurs. Le projet lui-même s’élève à 200.000 euros. La Ville de Brive qui a lancé cette souscription, en espère 50.000 euros. Au-delà du financement de la sculpture en bronze, il s’agit aussi à travers cette souscription de faire corps autour du lien qui existe entre la ville et son régiment depuis qu’il s’y est implanté en 1810. “212 ans d’histoire”, rappelait le maire Frédéric Soulier. Un lien matérialisé dans le choix de l’œuvre: un bison, emblème du régiment, qui rappellera ainsi la mémoire du lieu, ancienne caserne se métamorphosant en nouveau quartier. Un pont jeté entre hier et demain.

L’œuvre sera imposante, à taille réelle. La « bête » fera 1,80 mètre au garrot sur près de 3 mètres de long. et pèsera une tonne et demie. À l’intérieur, une structure en acier inox dont les tiges descendront profondément dans le sol afin de stabiliser cette œuvre monumentale. La première du sculpteur briviste Pierre Mouzat qui s’est attelé à sa réalisation il y a plus six mois. Si l’emblème du régiment est stylisé, l’artiste a voulu quant à lui une représentation très figurative qui revient à l’essence même de l’animal, les valeurs qu’il véhicule et qu’il incarne et qui ont certainement séduit à l’époque les soldats lorsqu’ils l’ont choisi comme insigne du régiment : la force, le courage, la bravoure mais aussi la dissuasion et la paix.

L’artiste a apporté la miniature originale en bronze. L’animal est représenté “les deux pattes avant sur une même ligne pour bien montrer qu’il est paisible, sûr de sa force, mais celles arrière décalées et la queue relevée, signe qu’il est prêt à charger à n’importe quel moment pour défendre son territoire ou les siens”.

“Il est magnifique”, s’est exclamé le colonel François Ferraton qui est revenu sur le choix originel de cet animal comme emblème. “Il y a plusieurs légendes. Fondamentalement, c’est un animal qui vit en troupeau, comme le fantassin dont la force est dans le collectif. C’est aussi un animal rustique, comme le fantassin. Le bison incarne une force tranquille qu’il ne faut pas trop agacer car il charge. L’œuvre rend parfaitement cette impression et elle concrétise le lien charnel entre le régiment et sa ville. Ce lien charnel se matérialise dans des choses du quotidien”, s’est ému le chef de corps en évoquant l’attention apportée aux enfants des militaires actuellement déployés en Roumanie.

Rien d’étonnant à ce que le régiment ait donc lui aussi tenu à organiser cette collecte en interne. Le colonel a ainsi remis un chèque symbolique au maire entouré de ses adjoints Philippe Lescure et Marie-Christine Lacombe, respectivement à la Culture et aux Anciens combattants.

L’occasion pour Frédéric Soulier de rappeler que la collecte continue. “Chaque donateur fera partie d’une liste et recevra un livret photo qui retranscrit les étapes de la réalisation. Les plus gros donateurs auront une petite sculpture représentant l’œuvre.”

Pour l’heure, le bison est toujours en cours de réalisation dans une fonderie à Bordeaux Mérignac. “Le bison est découpé en morceaux, le corps, les pattes, la queue, la tête. La fonderie va mouler chaque partie, tirer des cires, des enrobés, puis le bronze. Les deux pattes arrière sont déjà sorties”, explique l’artiste. “Ensuite, il faudra remonter les 22 morceaux, souder, ciseler et pour finir encore trois jours pour patiner l’ensemble avec des pigments.”

“L’œuvre sera implantée dans le parc Simone Veil, en lieu et place du drapeau”, a précisé le maire en rappelant que la dernière inauguration d’une statue à Brive, celle dédiée au maréchal Brune, remonte à 1843. Le bison sera quant à lui inauguré le 25 juin prochain. Au lendemain d’une date symbolique, l’anniversaire de la bataille de Solferino (24 juin 1859) à l’issue de laquelle Henri Durant, futur fondateur de la Croix-Rouge, organisa les premiers secours pour les milliers de blessés restés sur le champ de bataille. Ce qui a donné en 2017 la journée nationale des blessés de l’armée de terre devenue à son tour cette année “Avec nos blessés”, un changement de nom qui ne bloque plus l’événement sur une seule journée. “Nous allons en profiter pour mettre à l’honneur nos blessés, à travers cette journée inauguratrice, mais aussi début juin avec un challenge sportif et le 30 juin un grand concert au théâtre prêté gracieusement par la Ville”, a annoncé le colonel. Les archives municipales préparent également de leurs côtés une exposition retraçant l’histoire du régiment. La Ville et son régiment au même pas.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

2 × 3 =