L'actualité en continu du pays de Brive


L’Ensemble vocal de Brive a fêté son jubilé aux Rosiers

intro chorales

Plusieurs centaines de personnes étaient réunies vendredi soir en l’Eglise des Rosiers à l’occasion du concert anniversaire de l’Ensemble vocal de Brive. Un jubilé qui a été l’occasion d’honorer des personnalités qui ont œuvré pour cette chorale classique fondée en 1965.

chrole 2Initialement prévu le 21 novembre à l’Espace des Trois provinces, les 50 ans de l’Ensemble vocal de Brive a dû être repoussé pour des raisons de sécurité suite aux attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre. Il s’est finalement déroulé vendredi soir dans une église des Rosiers bondée.

Après les chants des chorales Chantebrive et du Chœur régional de la Vézère et avant que ne monte sur scène l’Ensemble vocal de Brive, des récompenses ont été remises par le maire de Brive Frédéric Soulier. Henriette Cassaing qui a créé l’Ensemble vocal en septembre 1965 et Jean-Pierre Cuenot, le premier chef de chœur, qui n’a pas pu être présent vendredi, se sont vus remettre la médaille d’honneur de la Ville de Brive.

remise de diplomeDes diplômes d’honneur ont également été décernés à Arnaud Schick, premier président de l’Ensemble ainsi qu’à sa plus ancienne choriste, Jeanine Guillaume, qui y “chante depuis 48 ans“, a indiqué Frédéric Soulier, en confiant à Danielle Clément, l’actuelle présidente: “Vous avez souvent été la voix de notre ville et grâce à vous nous avons forgé son identité culturelle.”

A l’issue de cet entracte, 14 choristes de l’ensemble de chambre féminin ont interprété des poèmes de Baudelaire mis en musique par Jean-Marie Fichter, chef honoraire. Parmi les trois chants portés par le grand chœur de l’ensemble vocal qui a suivi, la Symphonie du nouveau monde de Dvorak, sur un poème écrit par Jean-Marie Fichter, était dédiée aux victimes des attentats de janvier et novembre. Tous les choristes de la soirée se sont ensuite retrouvés sur scène pour trois chants finaux et notamment le très applaudi Gallia de Gounot avec la soliste Maëlle Vivares. L’Allelujah de Haendel, dirigé par Christophe Loiseleur des Longchamps a clôturé, dans une standing ovation, un concert vibrant de près de trois heures.

chroles 3

diplome 2

moment jazz

remise medaille mme cassin

soliste

 

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire