L'actualité en continu du pays de Brive


L’Empreinte vous fait respirer à pleine saison

© Pierre Planchenault

Après deux années tronquées par la crise sanitaire, la scène nationale Brive Tulle repart de plus belle avec une saison aussi plurielle qu’alléchante, égrainant de très beaux rendez-vous: 48 spectacles et plus de 150 représentations. À commencer par une invitation: un festival de rentrée entièrement gratuit, “Respire !”, du 23 septembre au 2 octobre, offrant des spectacles sur l’espace public. Comme une envie de revivre. La brochure est disponible et la billetterie est ouverte depuis samedi 2 juillet. À vous de composer votre saison.

Arrêt d’urgence © Niels Benoist

“L’idée est d’aller au plus près de la population, de toucher très largement, c’est une attente du public depuis la crise sanitaire”, expliquent le directeur Nicolas Blanc et son adjointe Nathalie Besançon qui nous ont présenté la saison à deux voix. L’Empreinte innove cette année avec un coup d’envoi en forme de festival autour des arts du crique, de la danse et du théâtre “pour goûter en plein air au plaisir de se retrouver”.

Une entame à l’image de la saison qui va suivre et un titre tout trouvé: “Respire!” comme un prolongement de l’été, une incitation à s’émouvoir, vibrer, s’émerveiller, inventer de nouveaux mondes. Ce premier temps fort regroupe sept spectacles en plusieurs représentations, à Brive, dans les jardins de la Guierle, sur le parvis du théâtre, à Tujac, à Tulle, Malemort, Aubazine…

La saison s’enclenchera dans la foulée en se jouant des répertoires, théâtre, danse, musique, arts du cirque, jeune public. “Une saison fédératrice, colorée et enjouée, dans le spectaculaire et le poétique”, résume son directeur. Au total 48 spectacles (avec des créations en cours) pour plus de 150 représentations. Et là aussi, il y en aura pour toutes les sensibilités, du théâtre, de la danse, de la musique, des arts du cirque, pour la jeunesse… On vous en donne un petit aperçu de cette palette à travers quelques rendez-vous et il n’a pas été facile de faire le choix.

racasse © Simon Gosselin

La saison s’ouvre magistralement en octobre sur du théâtre avec Fracasse (les 11 et 12 au théâtre de Brive), une adaptation flamboyante du roman d’aventure de Théophile Gautier. Une version épique de cette pièce de théâtre sur le théâtre signée Jean-Christophe Hembert, plus connu pour son rôle de Karadoc dans la série Kaamelott dont il est aussi le directeur artistique. À noter aussi en novembre, trois représentations de L’Avare porté par une très belle distribution autour d’un Michel Boujenah, encensé par la critique et qui a été nominé pour ce rôle d’éblouissant Harpagon dans une mise en scène lumineuse. Autre monument à ne pas manquer en décembre: Iphigénie, la création qui fera l’ouverture du Festival d’Avignon. Anne Théron s’empare de la tragédie des Atrides réécrite par Tiago Rodrigues, nouveau directeur du festival, qui réussit le tour de force de réécrire un mythe. Mathieu Bauer revient en mars avec sa création de théâtre musical Paléolithique Story, une passionnante et ludique enquête préhistorique en forme d’opération critique de l’histoire. À noter que le metteur en scène supervisera les prochaines 24h chrono avec un projet sur le même registre mêlant comédiens et musiciens amateurs.

Encantado ©Sammi Landweer

Côté danse, vous aurez aussi l’embarras du choix et des pas. Les 22 danseurs du Malandain Ballet de Biarritz rendent un hommage magnifique à Stravinski et aux ballets russes avec deux pièces emblématiques, L’Oiseau de feu et Le Sacre du printemps, corps célestes et rituel païen rassemblés dans une même soirée (les 13 et 14 janvier). Le 21 février, énorme succès international: Encantado de la talentueuse chorégraphe brésilienne Lia Rodrigues vous emporte dans une danse colorée et tribale. Cette pièce coproduite avec L’Empreinte a remporté le prix du meilleur spectacle de danse de la saison dernière. Citons aussi le 9 mars, la figure montante Léo Lérus. Le chorégraphe guadeloupéen livre avec un quartet contemporain Entropie, une pièce grand public, délicate, humaniste et sensuelle, imprégnée de l’esprit rassembleur créole.

Choeur Tempête © Hubert Caldaguès

En musique, les notes vont s’égrainer dans tous les registres. La grande diva malienne Oumou Sangaré, accompagné du guitariste blues Pascal Danaë, vient marquer de ses sonorités et de son engagement les 40 ans de l’association Brive-Sikasso (15 novembre). L’Orchestre de chambre de Nouvelle Aquitaine sous la direction de Pierre Bleuse, chef au tropisme danois (il dirige l’ensemble symphonique d’Odense), vous embarquera dans des Harmonies boréales voguant sur des œuvres de Grieg et Sibelius  (23 mars, en partenariat avec le Festival de la Vézère). Dominique A s’arrêtera le 8 mars dans sa tournée anniversaire (ses 30 ans de carrière) distillant son nouvel album plus acoustique Le monde réel (en partenariat avec les Lendemains qui chantent à Tulle), avec dans sa constellation, en première partie, en cette journée internationale des femmes, Fièvre, le duo féminin aux accents marimba installé à Tulle depuis deux ans. Part belle aussi à La Tempête qui présente Brumes le 26 avril. L’ensemble vocal et instrumental briviste part en quête de la romantique figure de l’errant dans une traversée musicale sauvage de Gustav Malher aux morceaux tsiganes. N’oublions pas non plus le festival Du Bleu en Hiver qui va densifier sa 18e édition du 19 au 28 janvier.

Out of the blue © Gaetan Fritsch

Les arts du cirque déballent du 15 au 17 décembre un joli cadeau pour Noël: Möbius, une pièce inspirée des murmurations des oiseaux. Telle une nuée d’étourneaux aux trajectoire changeantes, les 19 acrobates de la compagnie XY s’élancent dans une chorégraphie aérienne virtuose signé Rachid Ouramdane. Après l’air, l’eau avec Out of the blue les 18 et 19 mars. Deux circassiens apnéistes plongent dans un aquarium géant de 8.000 litres pour des acrobaties en apesanteur qui se jouent de l’équilibre avec beaucoup d’humour et de finesse. Les artistes de Baro d’evel reviennent également les 8 et 9 décembre avec Mazùt, revisitant une de leur pièce emblématique t le monde de ‘entreprise. Un moment de cirque poétique pour petits et grands.

A poils © Jean Louis Fernandez

La jeunesse va se régaler avec quelques jolis spectacles assortis parallèlement de séances scolaires. Comme Track et son décor ferroviaire miniature et son chef de gare beatboxer déclenchant un réseau de sons et musiques improbables (19 octobre). Ou encore Gros, un solo autobiographique aux effluves de cuisine (7 janvier). Sylvain Levey qui met à nu son enfance, raconte comment il est passé d’un été de “crevette” à “hippopotame” tout en préparant devant le public un vrai gâteau. Les tout petits, à partir de 3 ans, ont rendez-vous du 23 au 27 février avec À poils, une expérience sensitive au royaume du tendre et du velu avec La Compagnie s’appelle reviens.

Retenez aussi Moby Dick les 3 et 4 mai, un saisissant spectacle de marionnettes qui rafle les prix sur son passage. La marionnettiste norvégienne Yngvild Aspeli prend la barre à la poursuite de la plus connue des baleines blanches aux côtés du capitaine Achab. Une adaptation puissante qui embraque sept comédiens et une cinquantaine de marionnettes. Une création visuelle, à la fois artisanale et d’une grande modernité, qui se joue des échelles, des mots et des sons… Et ceci n’est qu’un aperçu d’une saison plurielle que nous vous invitons à découvrir pleinement à travers la plaquette de l’Empreinte ou sur son site. Laissez-vous porter et emporter!

Toutes les infos sur sn-lempreinte.fr.

Moby Dick

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

cinq + douze =