L'actualité en continu du pays de Brive


Le service oncologie rénové et étendu

L’extension sud du service oncologie du centre hospitalier de Brive était inaugurée vendredi. Pour la chef de pôle Laure Vayre, « cette nouvelle structure doit nous permettre de nous rapprocher au plus près des besoins des patients ».

« Ce nouveau et grand service est la preuve du désir profond de chacun d’être au coeur de la prise en charge des patients atteints de cancer. »

La chef du pôle cancérologie du centre hospitalier de Brive Laure Vayre a fait visiter aux invités – notamment le président du conseil de surveillance du centre hospitalier et maire de Brive Frédéric Soulier – le service rénové et étendu qui permet désormais l’accueil quotidien de 40 patients en hôpital de jour.

L’inauguration de vendredi fut également l’occasion, pour Laure Vayre, de revenir sur la longue histoire du traitement du cancer à Brive : « Le docteur Leduc est parti de peu en 1982 : un « colbalt » (appareil de radiothérapie – NDLR) dans un commissariat avec des traitements ambulatoires. Puis 15 lits au centre hospitalier de Brive avec un accélérateur et, en guise d’hôpital de jour, 4 divans dans un préfabriqué… »

En mai 2010, un véritable hôpital de jour naîtra, avec 18 places. Au cours des 3 années suivantes, l’arrivée de trois accélérateurs de particules faciliteront le traitement de plus de 100 malades par jour.

En novembre 2013, 19 lits d’hospitalisation complète s’ajoutent grâce à la mise en service de l’extension sud. Et, très récemment, la restructuration du bâtiment historique, qui compte 11 lits, vient de s’achever et d’être mise en service.

A l’issue de ces travaux, les capacités du pôle oncologie sont les suivantes : 18 places d’hospitalisation de jour, 7 lits d’hospitalisation de semaine et 23 lits d’hospitalisation complète.

L’hôpital de Brive, autorisé pour le traitement des cancers par radiothérapie, chimiothérapie et chirurgie des cancers digestifs, mammaires, urologiques, thoraciques, ORL et maxillo-faciales, mais aussi gynécologiques depuis une toute récente décision de l’Agence régionale de santé, est très attractif, avec 30% de la population accueillie venant du Lot et de la Dordogne.

Le service oncologie, qui compte une centaine de professionnels et travaille en étroite collaboration avec les associations d’usagers, en particulier la Ligue contre le Cancer et Accompagnement Soutien Présence, peut désormais mieux organiser la prise en charge du patient, notamment par l’identification d’un secteur d’hématologie et une augmentation des possibilités d’accueil en soins palliatifs.

A noter que, dans le cadre d’une prise en charge globale du patient, ceux-ci peuvent se rendre, sur place, chez une esthéticienne, une assistante sociale ou une diététicienne.

« Accompagner, rassurer, écouter font partie intégrante du traitement », a assuré Laure Vayre. « Je veux saluer la mobilisation de tous, médecins, professionnels, associations, ainsi que l’engagement du directeur du centre hospitalier, dans l’aboutissement de ce projet initié par monsieur Leduc ».

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire