L'actualité en continu du pays de Brive


Le secret d’une bonne taille de rosiers, ne pas avoir peur de trop couper !

Afin de préparer au mieux le printemps, le service des espaces verts procède aux tailles d’hiver sur l’ensemble des arbres de la ville, y compris à la roseraie. A cette occasion, comme c’est le cas depuis plusieurs années, un jardinier sera présent au square Marcel Cerdan pour faire une démonstration de taille de rosiers et conseiller le grand public sur les bons gestes à faire. Mardi 21 et mercredi 22 février entre 8h30 et 11h30 le matin, 13h15 et 17h15 l’après-midi.

Tout, vous saurez tout sur la taille des rosiers ! David Queyroux, le jardinier dédié à la roseraie du square Marcel Cerdan y veillera, les journées du 21 et 22 février. Comme à l’accoutumée, il sera à la disposition des visiteurs pour répondre à leurs interrogations sur le sujet et partager son savoir-faire.

Pour bien faire, nul n’est besoin de grand-chose: des gants, un sécateur, éventuellement une petite scie pour les grosses sections. Mais surtout, il faut se débarrasser de la peur de trop couper. C’est ce que David Queyroux retient des doutes et des questions des visiteurs qui sont nombreux chaque année à passer à la roseraie dans le courant des journées où sont programmées les démonstrations de taille.

Pour autant, couper sans crainte ne signifie pas couper n’importe comment. Ce qui ne va pas de soi pour les néophytes, d’autant qu’il semble y avoir autant de tailles que d’espèces de rosiers. Cela tombe bien, la roseraie en réunit un certain nombre.

On y trouve d’abord quelque mille pieds de rosiers buisson. Pour eux, une pré-taille est nécessaire à la fin novembre pour éliminer les bois morts et enlever les charpentières: “Il ne doit en rester que 4 ou 5 maximum.” Place ensuite à la taille définitive où on coupe la tige au 2e ou 3 œil sortant. “Il est important de ne pas rabattre trop le rosier dès le début de l’hiver car si les températures descendent trop, cela risque de faire geler les racines et périr le pied.”

Pour les rosiers arbustifs en revanche, il convient de garder suffisamment de longueur. Idem pour les grimpants. Quant aux rosiers tiges, il est nécessaire de les couper à 5 ou 6 yeux tout en conservant une forme de parapluie.

Dans tous les cas, il faut savoir que “rabattre des rosiers leur redonne un coup de fouet” et leur permet de profiter à plein le printemps venu. Car la saison sera longue pour les roses. “Les premières fleurissent en principe fin avril et les dernières fanent aux premières gelées de la fin novembre.” Bon à savoir également: “Il est primordial de couper les roses fanées avant qu’un fruit ne se forme. Cela ralentit la floraison suivante et épuise le rosier.”

Traitement au purin d’ortie, à la prêle, à la bouillie bordelaise, au savon noir contre les pucerons, apports d’engrais, exposition, arrosage seront aussi des thèmes abordés lors de ces journées consacrées à ce que d’aucuns, à l’instar de David Queyroux, considèrent encore comme la plus belle des fleurs.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire