L'actualité en continu du pays de Brive


Le Rex fait son Cannes

Photo REX

Le cinéma Rex sera encore cette année au coeur du Festival de Cannes. Vous pourrez vivre intégralement la cérémonie d’ouverture en direct et haute définition sur grand écran ce mercredi 13 mai dès 18h30, vous aurez droit à une ambiance tapis rouge, paparazzi, tenues de soirée et cocktail…. et évidemment au film d’ouverture La tête haute. Le Rex a calé sa programmation sur la grande messe méditerranéenne avec la projection de films en compétitionet même une avant-première. Jusqu’à la soirée de clôture du dimanche 24 mai, elle aussi en direct.

 

De Cannes à Brive, il n’y a qu’un saut technologique et comme l’an dernier, le Rex entend bien vous faire vivre pleinement l’événement sur toute la durée du festival, du 13 au 24 mai. Voici les principaux rendez-vous.

la tete hauteMercredi 13 mai à 18h30. Soirée d’ouverture en direct du 68e Festival de Cannes. Venez fouler le tapis rouge et monter les marches comme si vous y étiez… paré de vos plus beaux atours. Les paparazzis du Rex, Michel et David, seront présents pour immortaliser ce moment. Vous aurez même droit, comme les stars, à un cocktail de bienvenue. Vous aurez évidemment les discours suivis de la projection, comme à Cannes, du film d’ouverture, La tête haute réalisé par Emmanuelle Bercot (avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoît Magimel, durée 2 heures). Le film présenté hors compétition retrace le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver. Tarif: 8 euros.

Affiche La Loi du MarchéLundi 18 mai à 21h. Avant-première La loi du marché de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon, présenté en sélection officielle au Festival. Un film social et politique mais aussi une première cannoise pour son réalisateur. À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry commence un nouveau travail qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-il tout accepter? Pour inscrire cette fiction sociale tournée avec un budget réduit, Stéphane Brizé a fait appel à un chef opérateur spécialisé dans le documentaire, Eric Dumont. Il a aussi choisi de n’entourer Vincent Lindon que de comédiens non professionnels, dont Xavier Mathieu, le leader CGT de Continental placé sous le feu des projecteurs lors de son combat pour empêcher la fermeture de son usine. Il a aussi opté pour une méthode de travail singulière avec son casting : ne pas leur confier le scénario en avance mais au jour le jour, simplement les phrases et situations qu’ils avaient à jouer. Un travail sans filet qui a donc su séduire les sélectionneurs cannois. Durée: 1h33. Tarifs de 3,50 à 6,50 euros. Vous pouvez en savoir plus sur les projections suivantes au 05.55.23.20.01 et sur cinemarex.org.

trois souvenirs de ma jeunesse“Impitoyablement, le calendrier va défiler avec la grande messe cannoise qui fait et défait les films”, promet Bernard Duroux, directeur général du Rex. A voir donc, dans la programmation Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin, prequel de son film de 1996 Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), sur la jeunesse de son jeune héros Paul Dédalus. L’habitué de la compétition se retrouve cette fois dans la sélection la Quinzaine des Réalisateurs, section parallèle au Festival de Cannes. “Peut être son meilleur film et son plus émouvant”, a déclaré Édouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine. On y retrouve Mathieu Amalric et les jeunes Quentin Dolmaire, Lou-Roy Lecollinet, dans une brillante et déchirante recherche du temps et des amours perdus. Durée: 2 heures. Tarifs de 3,50 à 6,50 euros.

lombre des femmesPrésenté en ouverture de cette Quinzaine, L’Ombre des femmes de Philippe Garrel. Des retrouvailles entre Philippe Garrel et la Quinzaine des Réalisateurs puisque le cinéaste était présent lors de la première édition en 1969 avec son film Le Lit de la Vierge. Il signe là un drame en noir et blanc d’1h10Pierre (incarné par Stanislas Merhar) et Manon (jouée par l’éblouissante Clotilde Courau) s’aiment, se trompent, se trahissent, se retrouvent. Édouard Waintrop en parle comme “un film élégant, cruel et tendre sur la lâcheté ordinaire des hommes, l’intelligence des femmes, l’héroïsme quotidien des amoureuses, leur lucidité…” Durée: 1h13. Tarifs de 3,50 à 6,50 euros.

Sans oublier pour finir en beauté, dimanche 24 mai, la cérémonie de clôture en direct. Sur le même principe que celle de l’ouverture, avec à l’issue la projection d’un film pour l’instant non communiqué, mais issu de la sélection cannoise. Une soirée finale sur le tarif de 8 euros.

Pour en savoir plus:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire