L'actualité en continu du pays de Brive


Le Prix des lecteurs de la Ville attribué à Velibor Čolić pour Ederlezi

COLIC VELIBOR photo C. Hélie Gallimard COUL 10 09.05.12

C’est donc le roman Ederlezi (Gallimard), une comédie pessimiste retraçant l’histoire d’un fameux orchestre tzigane, qui a emporté les préférences du jury de 20 lecteurs brivistes. Le Prix sera décerné à Velibor Čolić à l’occasion de la 33e édition de la Foire du livre de Brive, qui aura lieu les 7, 8 et 9 novembre prochains et à laquelle l’auteur est invité à participer.

Ederlezi retrace l’histoire, à travers le 20 siècle, d’un fameux orchestre tzigane composé de musiciens virtuoses, buveurs, conteurs invétérés, séducteurs et bagarreurs incorrigibles. Ils colportent leurs blagues paillardes, leurs aphorismes douteux et leurs chansons lacrymogènes de village en village. L’orchestre sombrera dans les grands remous de l’histoire : englouti en 1943 dans un des camps d’extermination où périrent des milliers d’autres Tziganes, il renaîtra pour être de nouveau broyé par la guerre d’ex-Yougoslavie en 1993. Chaque fois, le meneur de l’orchestre, Azlan, semble se réincarner. On le retrouve finalement dans la « Jungle » de Calais en 2009, parmi les sans-papiers et les traîne-misère qui cherchent un destin aux franges de la modernité. Une ivresse de la fugue !

Le roman de Velibor Čolić restitue merveilleusement la folie de la musique tzigane, nourrie de mélopées yiddish, de sevdah bosniaque, de fanfares serbes ou autrichiennes, une musique et une écriture pleines d’insolence, au charme sinueux et imprévisible. Les réincarnations successives d’Azlan font vivre avec bonheur la figure du Rom errant éternellement, porté par un vent de musique et d’alcool, chargé des douleurs et des joies d’un peuple comparable à nul autre. Quant à l’auteur, il est né en 1964 en Bosnie, dans une ville qui aujourd’hui n’existe plus. Réfugié en France depuis 1992, il vit aujourd’hui en Bretagne. Ayant publié ses premiers ouvrages en serbo-croate, il écrit désormais directement en français : après Archanges (2008) et Jésus et Tito (2010), publiés aux éditions Gaïa, il a publié chez Gallimard Sarajevo omnibus en 2012.

Organisé par la médiathèque de Brive, ce Prix des lecteurs de la Ville de Brive récompense un roman français de la saison littéraire. Réalisée par les bibliothécaires, la sélection de l’édition 2014 rassemblait dix ouvrages de la saison littéraire 2013-2014. Le jury, qui a pu lire les ouvrages sélectionnés tout au long de l’été, s’est réuni au cours du mois de septembre pour débattre et échanger sur les romans sélectionnés. Au cours de la délibération finale, Ederlezi de Velibor Čolić l’a emporté sur Âme qui vive de Véronique Bizot (Actes Sud), alors que le dernier tour avait permis de distinguer également Buvard de Julia Kerninon (éd. du Rouergue) et Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre de Céline Lapertot (Viviane Hamy).

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles :

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire