L'actualité en continu du pays de Brive


Le Prix de la langue française attribué à Nathacha Appanah

© Francesca Mantovani / Gallimard

Pour paraphraser le titre de son dernier et onzième opus Rien ne t’appartient, ce prix lui appartient bien tant il vient saluer l’œuvre déjà ponctuée de nombreux prix de cette romancière d’origine mauricienne dont la langue lyrique, poétique et engagée manie la fiction pour dévoiler les revers de l’ailleurs comme de l’âme. Il lui sera remis lors de l’inauguration de la 40e Foire du livre, vendredi 4 novembre à 18h.

Créé à l’initiative de la Ville de Brive en 1986, le Prix de la langue française, doté de 10.000 euros, distingue une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique, dont l’œuvre contribue de façon importante à illustrer la qualité et la beauté de la langue française. À son prestigieux palmarès figure notamment Annie Ernaux, lauréate en 2008, et récemment distinguée du Prix Nobel de littérature.

Après Pierre Bergounioux en 2021, ce prix a donc été décerné cette année à Nathacha Appanah par un jury, présidé par Éric Fottorino et composé de Laure Adler, Tahar Ben Jelloun, Franz- Olivier Giesbert, Paula Jacques, Dany Laferrière, Alain Mabanckou, Éric Neuhoff, Jean- Noël Pancrazi, Danièle Sallenave.

Nathacha Appanah est née le 24 mai 1973 à Mahébourg (île Maurice). Journaliste et écrivaine, elle quitte son île natale en 1998 pour s’installer en France. Son premier roman, Les Rochers de Poudre d’Or, paru en 2003 chez Gallimard est aussitôt écompensé du Prix RFO du livre et du Prix Rosine-Perrier, inaugurant ainsi la carrière d’une autrice prolifique, lauréate de nombreux prix : le Prix du roman Fnac pour Le dernier frère (éditions de l’Olivier), le Prix Femina des lycéens, le Prix France Télévisions, le Prix du roman métis des lecteurs et le Prix Folio des lycéens pour son ouvrage Tropique de la violence (Gallimard), par ailleurs adapté au théâtre dans une mise en scène puissante d’Alexandre Zeff.

Son dernier roman, Rien ne t’appartient (Gallimard), paru en 2021, a également reçu le Prix des Libraires de Nancy et des journalistes du Point. À travers le destin tragique de Tara, l’auteure y aborde avec sensibilité des thèmes qui lui sont chers, le deuil, la mémoire, le corps, le désir et la mort. Un très beau roman. À noter que Nathacha Appanah occupe par ailleurs cet automne la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

un + dix =