L'actualité en continu du pays de Brive


Le Périgord noir promet un grand final à Brive

The Fairy Queen présentée par l'Académie 2009. Photo Sylvie Dubois. Festival du Périgord noir

Le festival du Périgord noir va s’achever par un final inédit à Brive, dimanche 9 octobre à 15h30 au théâtre: The Fairy Queen de Henry Purcell d’après Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. Une “nuit magique” pour un sommet du spectacle baroque! Qui plus est avec un tarif à moitié prix pour les Brivistes soit 15 et 20 euros. Et la partition n’est même pas refermée que le festival prépare sa 30e, toujours en convolant avec Brive.

Jean-Luc Soulé, président du festival du Périgord noir et le député-maire Philippe NaucheThe Fairy Queen, une nuit magique. Le titre annonce une œuvre “extraordinaire”. Elle l’est, incontestablement. Aussi onirique que triviale, aussi comique que dramatique. Ce qui en fait un fastueux divertissement qui réveille la nuit et ses mystères. Cette subtile féérie se nourrit avec fantaisie de la confusion entre le rêve et la réalité… le temps suspendu. “Nous reprenons une des productions de l’Académie de 2009, en l’adaptant pour un lieu qui vient d’ouvrir. C’est un défi pour nous“, expliquait Jean-Luc Soulé, président du festival en conférence de presse. Ce sont en fait des d’extraits qui seront joués pour un spectacle de deux heures sur une partition qui en compte quatre.

fairy queen4Tout comme King Arthur composé un an avant, The Fairy Queen (La reine des fées) est un semi-opéra, “semi” n’étant pas une indication de durée mais d’un genre emblématique anglais de l’époque des derniers Stuart dont Purcell est le meilleur ambassadeur. Un genre luxueux où se mêlent théâtre, musique, chant et danse. Un “opéra à dialogues” pourrait-on dire. Purcell puisa son inspiration dans le Songe d’une nuit d’été pour mieux s’en évader. Si “la raison et l’amour ne font guère bon ménage”, comme le constate l’un des personnages de la comédie de Shakespeare, théâtre parlé et intermèdes musicaux coexistent en parfaite harmonie dans The Fairy Queen.

The Fairy Queen présentée par l'Académie 2009. Photo Sylvie Dubois. Festival du Périgord noirC’est grâce à un partenariat initié depuis l’an dernier entre la Ville et le festival du Périgord noir que les Brivistes accueillent ce final. “Un partenariat qui s’inscrit dans un projet à long terme”, a réaffirmé Philippe Nauche. “Notre bassin de vie ne se limite pas aux frontières administratives. Quand je passe le pont de Larche, je ne me sens pas à l’étranger.” Le député-maire a salué le rôle de “découvreur de talent” de ce festival qui porte “des musiques méconnues du grand public mais d’une qualité exceptionnelle“, parlant même de “moment sublime de musique et d’émotion”. Pour Jean-Luc Soulé, c’est “le début d’une grande aventure, d’une amitié sur un fond de passion musicale”.

The Fairy Queen présentée par l'Académie 2009. Photo Sylvie Dubois. Festival du Périgord noirLe spectacle The Fairy Queen a ainsi bénéficié d’une subvention de 24.000 euros allouée par le conseil municipal. Les Brivistes peuvent ainsi bénéficier d’un tarif à moitié prix. “Les deux générales seront également accessibles aux scolaires, la première avec les classes de lycée et la seconde avec les élèves du conservatoire”, annonce le président. “Nous menons un vrai travail de fond.” Cette volonté pédagogique commune aux partenaires se traduit également par la venue d’un bus de l’orgue qui stationnera pendant trois jours dans la cour du conservatoire (les 19, 20 et 21 octobre).

The Fairy Queen présentée par l'Académie 2009. Photo Sylvie Dubois. Festival du Périgord noirThe Fairy Queen, une nuit magique, dimanche 9 octobre à 15h au théâtre de Brive. Billetterie par téléphone au 05.53.51.61.61 ou sur place le jour même à partir de 13h. Durée: environ 2 heures.Plus d’infos sur le site du festival du Périgord noir.

Affiche 29e festival du Périgord noir

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire