L'actualité en continu du pays de Brive


Le Paradoxe s’exporte au Maroc

dav

Les comédiens du Théâtre du Paradoxe, l’une des compagnies en résidence à la Grange de Rivet, partent ce vendredi 8 novembre de l’autre côté de la Méditerranée avec leur spectacle Bunker café. Davantage qu’une simple tournée.

dav

Ce n’est pas la première fois que le Paradoxe se transporte au Maroc mais avec cette nouvelle tournée, il veut désormais créer des partenariats dans la durée. Cédric Laroche, directeur artistique, et Saad Akalay, membre de la compagnie, ont déjà noué des liens notamment lors de la précédente tournée en 2014. “Nous voulons mettre en place des passerelles entre les deux pays. Nous commençons à tisser un réseau qui doit aller au-delà des simples échanges artistiques. Il y a entre nos deux pays un lien fort, des facilités avec la francophonie, les infrastructures et les transports de plus en plus rapides et développés. On nous demande des interventions dans des champs variés mais assez proches du théâtre et du monde de l’entreprise à la fois, en ce qui concerne par exemple la prise de parole, la gestion du stress, l’affirmation de soi… Autant de choses que nous proposons déjà en France.”

Du 8 au 18 novembre, les neuf membres de la compagnie vont donc offrir de nouveaux horizons à leur Bunker café. Après trois ans de tournée, le spectacle est largement éprouvé. Il est construit justement autour du vivre ensemble et c’est ce qui a suscité l’intérêt des programmateurs marocains et des structures françaises sur place.

La compagnie sera en résidence au lycée français de Lyautey à Casablanca où elle proposera des ateliers théâtre, écriture et mise en scène. Des représentations sont également prévues pour les lycéens. Il sera également présenté au théâtre de la FOL (Fédération des œuvres laïques) et au théâtre du CAFC (Cercle amical français de Casablanca). Toujours dans l’optique de “créer des liens”, la compagnie jouera en effet sa pièce en finale de séjour au théâtre de la FOL, lieu mythique à l’architecture art déco, dans le cadre d’un événement autour de la thématique “Culture et patrimoine”, en partenariat avec l’association Casamémoire, qui œuvre pour la défense du patrimoine architectural de Casablanca.

À travers ce projet, qui a nécessité plus d’un an et demi de préparation et demande une logistique minutieuse, la compagnie du Paradoxe souhaite ainsi “participer activement à l’essor actuel de la culture au Maroc et se positionner comme structure « ressources » pour les nouveaux acteurs qui seraient tentés par de nouveaux échanges internationaux”. La compagnie ne manquera pas de donner de ses nouvelles sur sa page Facebook.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire