L'actualité en continu du pays de Brive


Le mariage entre les mets et les mots

Petitrenaud fait son marché avec l'écrivain Yann Queffélec

Qui dit Foire du livre de Brive, dit inévitablement marché le samedi. Une ambiance très appréciée des auteurs venus de la capitale et d’ailleurs. Ce qui n’a pas échappé à Jean-Luc Petitrenaud. Depuis le temps qu’il chérit la cité gaillarde (il y est tout de même venu 5 fois). Le malicieux chantre de la gastronomie et du terroir a donc décidé de consacrer à la manifestation littéraire une des ses futures Escapades en “mariant les mets aux mots”. L’émission sera diffusée dimanche 29 novembre à midi sur France 5.

devant la boucherie bach

“Malheur à celui qui n’aura pas de langage pour pouvoir définir ce qu’il ressent”, charge Jean-Luc Petitrenaud, “notamment la beauté des mots, leur précision pour encourager la gourmandise à venir.” Il en va de ce qu’on a dans l’assiette comme du reste. Le célèbre chroniqueur part donc à sa façon en croisade contre l’inculture en général, l’absence de vocabulaire en particulier, dénigrant ces SMS qui réduisent en phonétique les émotions. Un plaisir de mots qu’il revendique et pratique goulument dans ses émissions.

cepe de chez m moutonLe revoilà donc en ce samedi matin ensoleillé dans la cité gaillarde. Pour la 5e fois. Démarrage obligatoire chez son copain Francis du restaurant du même nom avenue de Paris, le temps de se mettre au diapason et de passer entre les pinceaux experts de la maquilleuse. La cuisine ne se fera pas aujourd’hui sur les fourneaux du chef et de son fils, mais bien sur le marché avec deux autres chefs gaillards, celui du Montauban et le nouveau de la Truffe noire.

chefs sous la halleCornaqué par sa horde de caméras et le chef Francis, le truculent critique fend donc la foule compacte d’un marché Guierle recroquevillé sur l’allée des Tilleuls, déclenchant une traînée de photographies.

Il remonte l’allée, s’arrête devant le camion des soeurs Bach, fait fi de la file d’attente qui ne lui en voudra pas, met en valeur autant les spécialités de la boucherie que ceux qui les produisent, puis revient sur ses pas exécuter la même danse chez trois ou quatre autres artisans. Pour le sens du contact, Jean-Luc Petitrenaud est indubitablement passé maître. Tout est immédiatement dans la boite, pas de deuxième prise.

Le présentateur a construit sa future chronique comme en aller-retour entre littérature et gastronomie, ce qu’il appelle des “marque-page”. Il affichera ainsi à son menu du jour un Yann Queffélec, Jean Teulé ou un François-Olivier Giesbert. “Les écrivains sont souvent aussi des gens gourmands.” Sur France 5 chaque dimanche midi, ils sont 2 millions de téléspectateurs à penser de même, ce n’est pas rien. Cette balade entre gourmandise des mets et des mots leur sera servie à midi pile dimanche 29 novembre puis reprises en boucle sur TV5 Monde. De quoi s’ouvrir l’appétit.

avec Bernard Mabille

Sur cette édition de la Foire du livre de Brive, vous pouvez également consulter nos autres articles:

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire