L'actualité en continu du pays de Brive


Le Lovely Brive festival racheté par un groupe d’entrepreneurs locaux

De gauche à droite. Christian Dayre, Simon Gillham, Frédéric Gervoson, trois des quatre entrepreneurs qui ont racheté le Lovely Brive Festival. Thierry Blandinières, le quatrième associé, n’a pas pu être présent lors de cette annonce qui s’est faite ce matin dans la salle d’honneur de la mairie de Brive.

 

Vivendi souhaitait se séparer du Lovely Brive Festival, comme de l’ensemble des festivals dont la société est propriétaire, c’est chose faite. Le groupe Centre France quitte également le navire. Quatre entrepreneurs locaux et Stéphane Canarias se sont associés pour que l’aventure musicale, débutée il y a 20 ans à Brive, continue. Ce sera sous une autre forme.

L’annonce officielle a été faite ce matin. Le Lovely Brive festival a été racheté par quatre entrepreneurs locaux. A côté de Stéphane Canarias, Christian Dayre, propriétaire entre autres de la Charrette et du Cardinal, Simon Gillham (vice-président du CAB et actionnaire), Frédéric Gervoson (dirigeant d’Andros) et Thierry Blandinères (directeur général d’InVivo et nouveau président du CAB), se sont associés pour racheter à titre personnel à Vivendi le festival briviste. « Stéphane Canarias reste le patron », a assuré Simon Gillham, lors de la conférence de presse qui s’est déroulée ce matin dans la salle d’honneur de la mairie. « Une salle où se déroulent les mariages. Quoi de mieux pour célébrer cette union ? », a souligné Frédéric Soulier, maire de Brive, qui a par ailleurs été chaudement remercié par Stéphane Canarias pour son soutien sans faille depuis les débuts du festival. « Si Brive n’avait plus le Brive Festival c’est comme si Brive n’avait plus le CAB ou la Foire du livre », a ajouté Frédéric Soulier. C’est dire l’importance de l’évènement pour la ville.

Si aucun chiffre de rachat n’a filtré, Simon Gillham a assuré que Vivendi avait vendu le festival a « un prix d’ami », avec tout de même une plus-value à la clé.

Vivendi et le groupe Centre France avait constitué la société Festival Production en 2017 pour créer ce qui est devenu le Lovely Brive Festival, Stéphane Canarias en était le dirigeant. Il restera donc aux manettes. S’il est encore un peu tôt pour savoir ce que nous réserve la nouvelle équipe, Stéphane Canarias a cependant assuré qu’il avait fallu réfléchir « à la meilleure solution pour conserver l’ADN, les valeurs du festival. » Le futur Brive festival devrait être proche de ce qu’est le Lovely Brive Festival grâce à cette association locale.

Sans l’appui de Vivendi, c’est un gros défi qui se dresse devant ces nouveaux associés. « Les quatre fantastiques », comme Stéphane Canarias aime appeler les quatre entrepreneurs, semblent en tout cas prêts à le relever.

 

 

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

2 commentaires

Laisser un commentaire

4 + quatre =