L'actualité en continu du pays de Brive


Le jumelage Brive-Sikasso fête ses 40 ans

Conférence, projections, expositions, concerts, collaborations… Plusieurs événements jalonnent l’anniversaire du jumelage jusqu’en février prochain. Le programme a été présenté en fin de matinée. Côte à côte, le maire Frédéric Soulier et le premier adjoint Abdrahamane Sidébe ont salué la vitalité et l’importance de ces liens maintenus au fil de 40 années riches en actions.

“40 ans de communion et de partage”, a résumé le maire briviste. Peu de jumelages peuvent revendiquer une telle vitalité qui ne sait pas amenuisée avec le temps. Bien au contraire ! Les actions se sont affinées pour coller davantage à la réalité du terrain, dans une élaboration concertée et un respect mutuel des différences. D’abord géré en direct, ce jumelage coopération, un des tout premiers de l’époque, est vite passé sous délégation associative, ici Brive-Sikasso, la-bas Teriya. Les deux élus ont d’ailleurs chaleureusement remercier les générations de bénévoles pour leur engagement.

“C’est une longue et belle histoire. Une aventure aussi car on entrait dans un nouvel type de jumelage”, a rappelé le président Michel Blancher qui, à l’époque jeune chargé de mission en mairie, avait travaillé à sa création. La flamme n’a cessé d’être entretenue de part et d’autre. Depuis 1982, les quatre maires de ce côté-ci, cinq de l’autre, comme les différents équipes municipales et associatives, les services, ont porté de nombreuses actions en matière de santé, d’éducation, de formation, d’accès à l’eau, de culture, d’assainissement, d’économie…

“Beaucoup de choses se sont passés dans le bon sens”, a reconnu Abdrahamane Sidébe. Le premier adjoint, assurant l’intérim du maire Kalifa Sanogo actuellement souffrant, séjourne avec son directeur général des services dans la cité gaillarde pour marquer l’événement et a participé à la soirée anniversaire qui a eu lieu vendredi dernier. “Nous sommes toujours ensemble. C’est un jumelage très vivant et apprécié par l’ensemble de la population, à Sikasso même, comme au niveau national. C’est un jumelage qui fait parlé de lui même à l’international.”

L’amitié s’est renforcée entre ces deux cités au même destin de “villes carrefour”. Il y a 40 ans, chacune comptait 50.000 habitants. Aujourd’hui Sikasso, deuxième plus grande ville du Mali, a vu sa population atteindre les 425.000 habitants ! Elle ambitionne d’ailleurs que son hôpital acquière le statut de premier CHU du pays hors de la capitale. “Il est classé comme le plus performant du Mali et la coopération mise en place depuis de nombreuses années avec le centre hospitalier briviste y a contribué. Nous pouvons être honorés de ce qui a été fait”, se réjouit Michel Blancher dont l’association a reçu la médaille d’honneur de la Ville de Brive pour son engagement à bâtir un meilleur avenir entre les deux communautés. Le maire s’est quant à lui vu offrir une tenue en côté malien fabriqué dans un atelier artisanale de Sikasso.

Alexandre Bonie, conseiller municipal délégué aux Relations internationales, a présenté le programme des festivités en invitant tous les Brivistes à participer aux événements. Tout a commencé mi-octobre avec une projection cinématographique. Il y aura notamment une exposition sur l’art africain qui débute ce 1er novembre à la médiathèque, une conférence dans le cadre de la Foire du livre le 6 novembre, une conférence concert le 14 novembre, un récital avec la grande diva malienne Oumou Sangaré dans le cadre de la saison de la scène nationale L’Empreinte le 15 novembre, une exposition photos sur les grilles des archives, des animations et des ateliers pendant les vacances de Noël… (voir en détail plus bas). À noter aussi la belle initiative du conseil municipal des enfants qui se collectera des trousses pour Sikasso sur le marché de la solidarité le 19 novembre.

Un anniversaire qui sera marqué également à Sikasso par des manifestations culturelles. Malheureusement, vu le contexte insécurité qui règne en terre africaine, aucune délégation briviste ne se rendra sur place… mais ce n’est que partie remise.

Le programme

  • Du 1er au 30 novembre, exposition « Art africain » dans les vitrines de la médiathèque. Le musée Labenche, actuellement fermé pour rénovation, expose des objets de ses collections qui ont pour la plupart étaient offerts dans le cadre du jumelage.
  • dimanche 6 novembre à 15h à l’auditorium Francis Poulenc, conférence « Guerres africaines » dans le cadre du cycle « Temps présent » de la Foire du livre. Les auteurs Vincent Hugeux et Scholastique Mukasonga débattront sur le thème des nouvelles formes de guerre .
  • Lundi 14 novembre à 18h30, conférence concert à l’auditorium Francis Poulenc, avec Julien André, percussionniste et ethnomusicologue, et Ibrahima Diabate dit Bourama, issu d’une des plus anciennes et des plus réputées familles de griots du Mali, ancien soliste du balai de Bamako. Gratuit.
  • Mardi 15 novembre à 20h au théâtre municipal, récital de la grande diva malienne Oumou Sangaré dans le cadre de la saison de la scène nationale L’Empreinte. Avec son dernier album Timbuktu où les sonorités traditionnelles se mêlent au blues (le concert est complet mais des places peuvent être disponibles au dernier moment, infos au 05.55.22.15.22 ou sur sn-lemrpeinte.fr). À noter à 19h, juste avant le récital, la restitution au théâtre de la collaboration musicale d’une semaine entre les élèves du conservatoire et l’artiste Abdoulaye Dembele sur un répertoire issu de la culture mandingue. Une intervention est également prévue le lendemain mercredi à 15h au centre socioculturel Raoul Dautry.
  • Du 16 novembre à fin décembre, exposition de photos « Regards sur Sikasso et le Mali » sur les grilles des Archives municipales.
  • Samedi 19 novembre, place Charles de Gaulle, opération “trousse solidaire”. Le CME, Conseil municipal des enfants, récolte trousses et fournitures scolaires au profit de leurs camardaes maliens..
  • Pendant les vacances de Noël, plusieurs animations seront proposées au centre socioculturel Raoul Dautry aux Chapélies : projections du film d’animation Kirikou et du film Marly Gaumont, des ateliers de cuisine malienne, maquillage, éveil avec la médiathèque, activités intergénérationnelles… Certains ateliers seront également déclinés au centre socioculturel Jacques Cartier à Tujac.
  • Pendant le festival de théâtre jeune public, aux vacances de février, une journée sera dédiée au Mali et à Sikasso avec la présence du conteur Thierno Diallo.

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

18 + deux =