L'actualité en continu du pays de Brive


Le dictionnaire : “un instrument de rêve incomparable”

Remise de dictionnaires à l'école Henri Gérard

C’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire“, a affirmé ce matin le député-maire Philippe Nauche, en remettant avec son adjointe Nicole Chaumont des dictionnaires dans deux classes de CM2 aux écoles La Salle et Henri Gérard.

Cet article a été réalisé avec nos stagiaires Manon, Elisa pour la rédaction et Philippe pour la photo.

Ecole Henry GérardC’est la tradition, la Ville offre chaque année un dictionnaire à chaque élève de primaire partant en 6e ou de classe spécialisée qui vont quitter l’établissement. Aujourd’hui, les élèves étaient impressionnés et ravis de le recevoir de la main du maire.

Des futurs 6e qui se verront remettre l’an prochain une tablette numérique offerte par le conseil général de la Corrèze, Philippe Nauche a voulu responsabiliser ces jeunes sur les différences entre le livre et le numérique. Il a défini la tablette comme “une réalité virtuelle” contrairement au dictionnaire où il faut “construire cette réalité par soi-même”.

Déballage. Photo Philippe GuyezLe dictionnaire est une invitation au voyage permanent, une découverte pour votre imagination“, a expliqué le député-maire, en invitant les enfants à le feuilleter, le sentir, s’imprégner de cette odeur de papier neuf. Ce que les écoliers ont vérifié aussitôt. “C’est une odeur qui me rappelle mon enfance, chargée de souvenirs et dont on se souvient toute sa vie. Avec un dictionnaire, vous construisez votre histoire. Vous pouvez y chercher des mots en particulier ou partir à la découverte… Ça fait rêver.”

Discours du maire. Photo Philippe Guyez

Nicole Chaumont à l'école Lassalle

Le député-maire distribuant les dictionnaires aux élèves de CM2

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

1 commentaire

  •    Répondre

    J’ai toujours celui de ma grande, édition 1994, offert alors par l’équipe municipale formée autour de J. Charbonnel. Si elle a quitté le toit familiale, le dico, lui, est toujours sur un bout de meuble et sert quasi tous les jours. C’est ainsi de cet assemblage qu’il n’aurait pas les mêmes définitions s’il reposait en d’autres lieus.

    J’ai toujours celui de ma moyenne, édition 2002 cette fois, venant d’une autre équipe municipale , celle de B.Murat . Bon ma fille E… étant toujours sous mon toit, c’est un autre bout d’étagère qui accueille en permanence « ce poids des mots ».

    Et la semaine prochaine, mon petit bonhomme recevra l’édition 2011 ( je suppose que ce sera celle-ci ), proposée par l’actuelle majorité municipale autour de P.Nauche.

    Trois histoires, trois dicos, trois superbes cadeaux… c’est aussi cela la République quand elle se retrouve autour du comptoir des mots.
    @+

Laisser un commentaire