L'actualité en continu du pays de Brive


Le conseil municipal a donné le feu vert pour la halle alimentaire

Hier soir, le conseil municipal a autorisé la réalisation d’une halle alimentaire permanente place de Lattre de Tassigny, à la place de la structure actuelle obsolète. La Ville a mandaté la SPL Brive Agglo pour mener ce projet qui vise à “dynamiser le commerce de bouche en centre-ville”.

 

Ce projet structurant qui a bénéficié du réseau Brive entreprendre, est l’un des premiers de la page urbaine qui devrait se concrétiser. Située place de Lattre de Tassigny, la future halle aura un rôle de locomotive pour l’attractivité du centre ville, « en développant son commerce de bouche et en drainant vers les rues Farro et Gambetta », explique Jean-Luc Souquières, conseiller municipal en charge des marchés qui a présenté la délibération. La halle bénéficiera d’ailleurs d’entrées sur chaque façade et sera ouverte vers le square Auboiroux.

Elle fonctionnera uniquement les matins, 6jours/7 (fermeture le lundi), fera 800 m2 et aura la capacité d’accueillir de 16 à 17 box entre 13 et 26 m2. 19 candidatures ont été déposées pour 16 étals disponibles. “Il y a eu un vrai intérêt.” Uniquement des métiers de bouche, « pas plus d’un ou deux par registre pour offrir un équilibre » : boulanger-pâtissier, poissonnier, caviste, boucher, primeur, fromager, confiseur-chocolatier, épicerie fine, produits autour de la pomme, conserverie… 11 candidatures ont été retenues, dont une activité fleuriste en complément, par le jury composé des deux présidents de la CCI et de la chambre des métiers et de deux élus de la mairie. « Il était hors de question de se lancer sur ce projet de plus d’un million d’euros sans commerçants. Et nous avons encore d’autres candidatures. Pour plus de la moitié, ceux qui ont été retenus sont déjà installés à Brive et cette activité viendra en complément de l’existante, avec une offre différente, c’était l’une de nos conditions. »

La Ville disposera elle aussi d’un emplacement afin de proposer des animations éphémères. “A ce jour, 12 étals sur 17 ont donc été attribués.” Il y aura également la possibilité d’une activité presse. La halle proposera “un espace partagé pour se restaurer debout”. L’investissement s’élèverait à 3,65 millions d’euros HTdont 59% de subventions État et Département. Soit un autofinancement à hauteur de 1,265 million d’euros.

Avec l’aval du conseil municipal, le concours d’architecte va désormais pouvoir être lancé selon un cahier des charges précis, notamment qui devra offrir par son architecture de la transparence. « Nous souhaitons absolument travailler en concertation avec les différents utilisateurs. Nous reprendrons d’ailleurs l’intégralité des commerçants non sédentaires présents sur les marchés du mardi et samedi.  Nous intégrerons aussi l’activité brocante du premier dimanche du mois. » Après une première sélection de 3 candidatures, l’attribution du projet aura lieu fin juin pour un début des travaux début 2018 et une livraison début 2019.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire