L'actualité en continu du pays de Brive


Le conseil des sages préconise un centre piétonnier

Ils sont 76 et se sont réunis 23 fois l’année dernière pour aborder différents sujets. Leurs propositions qu’ils ont présentées hier au maire, vont certainement alimenter le débat, comme celle de “piétonniser” entièrement le cœur de ville. “Nous ne sommes pas des élus mais des sages dont le jugement et la conduite sont inspirés par le bon sens. Et pour nous, vivre ensemble à Brive n’est pas un vain mot”, a rappelé hier l’une des membres rassemblés en séance plénière afin de présenter le travail de tout une année. Organe consultatif, certes, le conseil des sages n’en est pas moins pour le maire qui en nomme les membres, une précieuse force de réflexion et de proposition: “Votre avis compte”, a-t-il confirmé. “Comme avec les conseils de quartier, dans une démocratie collaborative et participative, il constitue une vision complémentaire, une remontée du terrain. C’est l’occasion de nourrir notre réflexion avec les services.”

La réflexion ne va pas manquer car le conseil des sages balaie à travers ses 6 commissions un spectre large touchant aussi bien au social ou à la santé qu’à la solidarité, la culture, le tourisme, l’économie, l’éducation… “Notre travail de fond a porté l’an dernier sur l’image identitaire de Brive, qu’est ce qui fait qu’on vient ou ne vient pas s’installer à Brive”, a entonné son président Hubert Baudry après avoir demandé une minute de silence en mémoire des disparus dont l’ancien maire Bernard Murat, initiateur du conseil des sages.

En quelques minutes, les responsables des commissions ont présenté un condensé de leur travail au maire Frédéric Soulier et à Jean-Pierre Vernat, maire-adjoint chargé de l’aménagement urbain et élu référent du conseil des sages. Quelques idées vont continuer de cheminer dans les travaux en 2019. Par exemple la création d’un Ehpad à domicile qui permettrait d’assurer une prise en charge sécurisée à domicile des personnes âgées dont l’état de santé ou la perte d’autonomie nécessiterait une mise en institution. Le conseil des sages va poursuivre sa réflexion sur la justice restaurative (appelée parfois justice réparatrice), une pratique complémentaire au traitement pénal de l’infraction, qui s’appuie sur un dialogue entre victimes et auteurs d’infractions (qu’il s’agisse des parties concernées par la même affaire ou non), ceci afin de  rétablir le lien social et de prévenir au mieux la récidive. Les sages ont également émis le souhait qu’au moment de la Foire du livre un auteur de BD se rende au service de pédiatrie de l’hôpital afin de rencontrer les jeunes patients. Il a également été question de propreté de la ville, d’ordures ménagères, de déjections canines, de comment faire baisser impôts et taxes… Un cahier de doléances et de propositions dont plusieurs sujets devraient trouver écho dans le grand débat citoyen auquel est fortement associé le conseil des sages. “Chaque commission aura un thème à traiter, écologie, pouvoir d’achat… Février est largement occupé car nous devrons rendre notre rapport au maire en mars”, table Hubert Baudry.

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

Laisser un commentaire