L'actualité en continu du pays de Brive


Le concert du nouvel an donne à voir le conservatoire tel qu’il est vraiment

Près de 300 musiciens, danseurs et artistes de 10 à 76 ans sont rassemblés dimanche 26 janvier sur la scène de l’Espace des trois provinces pour le traditionnel concert du nouvel an. Il est cette année orchestré autour des musiques de films, de Star Wars à La la land, en passant par Fantasia et Titanic. Si la qualité et le succès ont fait de ce spectacle un événement incontournable dans la cité, ce concert a aussi cette autre vertu de montrer le conservatoire tel qu’il est vraiment: tourné vers la pratique collective, le faire ensemble.

À l’austérité, les cours individuels et l’élitisme supposés du conservatoire s’opposent la pratique collective, l’exigence, l’accessibilité des tarifs et la transversalité affichées. Le concert du nouvel an offre à ce titre une image sans doute plus fidèle de ce qui se passe derrière les portes de cet établissement.

Chaque année, cette grosse production se joue à guichets fermés et cette édition ne fait pas exception à la règle. “Si le franc succès qu’il remporte ne se dément jamais, c’est que la qualité est au rendez-vous”, souligne Jean-Marc Comas, adjoint en charge de la culture. “Portée par le conservatoire à rayonnement départemental, cette grosse production n’a pas d’équivalent connu en Région Nouvelle Aquitaine“, pointe le directeur Eric Sobczyk. Il réunit près de 300 musiciens et danseurs et plus de 3000 spectateurs lors des deux représentations proposées à un tarif très accessible: 8 euros pour le concert du dimanche 26 et même la gratuité pour la répétition publique de la veille, pour laquelle il reste des places.

“Pour cette programmation orchestrée autour des musiques de films et coconstruite en interne, nous avons été à l’écoute des propositions des danseuses, des chœurs et professeurs d’instruments“, ajoute Benoît Quiniou, directeur adjoint. “Les films ont souvent intégré la musique classique et on retrouve fréquemment une imbrication entre les deux mondes”, détaille Davy Dutreix, responsable pédagogique et chef d’orchestre. Cette programmation fera ainsi la part-belle à une pluralité de styles: musique du répertoire savant et classique, percussions africaines, musiques actuelles, celtique, jazz et électronique mettant à l’honneur la richesse des enseignements dispensés et leur transversalité. Sur La la land seront par exemple réunis l’orchestre symphonique, l’atelier musiques actuelles, les chœurs du conservatoire et les élèves de 3e cycle de danse contemporaine.

“Ce concert, soutenu par la Ville, le Conseil départemental et la DRAC donne de la visibilité au travail qui est mené dans nos murs tout au long de l’année et fait la démonstration de ce qui est fait des deniers publics”, ajoute Benoît Quiniou en saluant les liens tissés avec la scène nationale L’Empreinte. Dans le cadre du festival de jazz Du Bleu en hiver, le saxophoniste Laurent Dehors animera des masterclasses dont le concert offrira l’occasion d’une restitution. “Ce concert éclaire aussi le métier de transmission des artistes enseignants, prolonge Eric Sobczyk. Le Conservatoire est un lieu où des liens se tissent dans le faire ensemble”, termine le directeur en rappelant: “L’exigence n’est pas l’élitisme” et “la pédagogie n’est pas un objectif mais un outil “et elle s’exprime pleinement dans le temps de la représentation.

Comme son nom ne l’indique pas, plutôt que de conserver, le conservatoire qui croise les arts et les disciplines autant que les générations et les publics, entend ainsi partager, donner à voir. “C’est avant tout l’école du spectacle et in fine des arts de la scène”, soulignent ceux qui y œuvrent. Et d’ici à ce qu’il change un jour peut-être de nom – l’académie pourquoi pas -, l’établissement de Brive changera de lieu et devrait emménager à Brune d’ici 4 ou 5 ans. L’occasion pour ses 49 professeurs et 1200 élèves de respirer plus à leur aise; pour le conservatoire de rayonner différemment sur la ville et, qui sait, se départir des a priori d’hier qui ne le caractérisent plus guère.

Concert du nouvel an, dimanche 26 janvier, 14h30 à l’Espace des trois provinces. 8€. Complet. Il reste des places pour la répétition publique la veille, samedi 25 janvier à 14h également à l’Espace des trois provinces. Entrée gratuite, réservation obligatoire. Le retrait des billets se fait au conservatoire. Infos auprès du conservatoire: 05.55.18.17.80

 

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire