L'actualité en continu du pays de Brive


Le concert du 15 août offre un nouveau souffle musical

Cette année, le traditionnel concert du 15 août offert par la Ville a puisé dans le vivier des Studios pour proposer une scène d’un nouveau genre. Deux groupes amateurs locaux ouvriront cette première: The Funky souldiers aux compositions soul et Louxor avec ses grands standards de variété internationale. Prenez date pour le jeudi 15 août à partir de 20h place Aristide Briand (parvis du théâtre).

L’un est au sillage funk, rock, soul ce que l’autre est à la variété internationale. Deux inspirations différentes. “Les deux sont assez représentatifs de ce que font les 150 groupes inscrits aux Studios“, explique l’un de ses responsables Thierry Gourdel. “Habituellement, nous faisions venir des groupes professionnels, sensiblement dans le même registre. Désormais, nous voulons donner leur chance aux groupes amateurs qui font de la musique à Brive.“, expliquent de concert les deux maires adjoints Catherine Gabriel et Françoise Gautry car nouveauté également, la manifestation est organisée conjointement par les deux directions municipales, celle de la vie associative et des relations extérieures et celle de la culture et les Studios. Qui dit amateurs dit aussi un cachet moindre, “ce qui nous permet de nous équiper d’une scène couverte pour garantir le concert en cas d’intempéries“. L’objectif de cette sélection est de valoriser les groupes locaux et le travail effectué par les Studios. Elle crée aussi au sein des groupes une motivation et une émulation supplémentaire.

The Funky souldiers est un jeune groupe créé l’an dernier et alors en mal de local de répétition. Pour eux, comme pour beaucoup d’autres formations, l’ouverture des Studios a été une bénédiction. “Ça leur a permis de se restructurer pour la scène. Ils ont rapidement trouver leur style influencé par le funk, le rock et la soul.” Ils sont six sur scène portés par la voix très groove de leur chanteuse à l’énergie débordante. Un son rétro funk et soul avec des compositions qui nous ramènent à Détroit dans les années 60, à la recherche de la musique afro-américaine.

Dans un tout autre registre et plus mature, Louxor, également composé de six musiciens, professeurs ou compositeurs, est un orchestre de variété pop rock spécialisé dans l’événement en live et se produit déjà depuis 3 ans. “Leur programme touche un large public et fait revivre les plus belles années de la musique pop rock”, assure les Studios. La formation est d’ailleurs en train de devenir une référence dans le domaine de la scène en Limousin. Le groupe balaie toute la variété française et internationale, de AC/DC, ZZ Top à Pink, Black eyes peas, Bob Marley… Un bon cocktail qui n’exclut pas disco et dance. Tout un programme! Rendez-vous jeudi 15 août devant le théâtre pour décourvir ces deux groupes: à 20h, Funky souldiers et à 21h30 Louxor.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

3 commentaires

  •    Répondre

    Je suis assez stupéfait de ce que lis ci-dessus !!!
    Qu’on donne l’occasion aux groupes amateurs de jouer, c’est très bien.
    Mais quant on connait la difficulté des musiciens pro de notre région, qu’ils soient intermittents ou artisans, à trouver des contrats de prestations qui leurs permettent d’avoir un salaire et de payer les charges et qu’une ville de gauche choisit des musiciens amateurs (qui ont un job à côté) pour les grandes fêtes des 14 juillet et 15 août, … je ne comprends pas. Je serai intéressé de savoir ce qu’en pense nos ministres de la culture et du travail et je serais curieux de connaître le montant des sommes versées aux caisses du spectacles vivants quant à la vingtaine de musiciens (ou plus) concernés. Et quant on parle d’un groupe amateur qui de produit déjà depuis 3 a

  •    Répondre

    Je suis assez stupéfait de ce que je lis ci-dessus !!!

    Qu’on donne l’occasion aux groupes amateurs de jouer, c’est très bien et il faut que cela existe au travers de tremplins et autres scènes ouvertes sous certaines conditions.

    Mais quant on connait la difficulté des musiciens pro de notre région, qu’ils soient intermittents ou artisans, à trouver des contrats de prestations qui leurs permettent d’avoir un salaire et payer les charges et qu’une grande ville de gauche choisit des musiciens amateurs (qui ont un job à côté) pour les grandes fêtes des 14 juillet et 15 août, … je ne comprends pas et c’est juste pas possible.

    Je serai très intéressé de savoir ce qu’en pense, d’une part nos ministres de la culture et du travail et d’autre part, les représentants du spectacles vivants. Et je serais aussi curieux de connaître le montant des sommes versées aux caisses inhérentes aux spectacles vivants quant à la vingtaine de musiciens (ou plus) concernés.

    Et quand on dit d’un groupe amateur qu’il se produit déjà depuis 3 et qu’il devient une référence dans ce domaine, on parle là de prestations commerciales et d’une démarche pro avec toutes les obligations liées à cette condition. Sont-elles remplies et est-ce encore du pur amateurisme ???

    A quand des ouvriers du bâtiments amateurs, organisés en associations loi 1901 pour les marchés publics de la ville !!! Ah mais là non, c’est interdit …

  •    Répondre

    Je suis assez stupéfait de ce que je lis ci-dessus !!!

    Qu’on donne l’occasion aux groupes amateurs de jouer, c’est très bien et il faut que cela existe au travers de tremplins et autres scènes ouvertes sous certaines conditions.

    Mais quant on connait la difficulté des musiciens pro de notre région, qu’ils soient intermittents ou artisans, à trouver des contrats de prestations qui leurs permettent d’avoir un salaire et payer les charges et qu’une grande ville de gauche choisit des musiciens amateurs (qui ont un job à côté) pour les grandes fêtes des 14 juillet et 15 août, … je ne comprends pas et c’est juste pas possible.

    Je serai très intéressé de savoir ce qu’en pense, d’une part nos ministres de la culture et du travail et d’autre part, les représentants du spectacles vivants. Et je serais aussi curieux de connaître le montant des sommes versées aux caisses inhérentes aux spectacles vivants quant à la vingtaine de musiciens (ou plus) concernés.

    Et quand on dit d’un groupe amateur qu’il se produit déjà depuis 3 ans et qu’il devient une référence dans ce domaine, on parle là de prestations commerciales et d’une démarche pro avec toutes les obligations liées à cette condition. Sont-elles remplies et est-ce encore du pur amateurisme ???

    A quand des ouvriers du bâtiments amateurs, organisés en associations loi 1901 pour les marchés publics de la ville !!! Ah mais là non, c’est interdit …

Laisser un commentaire