L'actualité en continu du pays de Brive


Des vertus de l'innovation à l'école

Visite de Cabanis par le recteur 1pano

Pour sa première visite officielle à Brive, le nouveau recteur de l’académie de Limoges Pierre-Yves Duwoye est allé à la rencontre des enseignants et élèves de Louis Pons et Cabanis ce matin. L’occasion de découvrir in situ les classes externalisées de l’IME de Puymaret, les îlots bonifiés et le service d’accrochage scolaire, dispositifs dont il a loué le caractère innovant et bénéfique.

Visite de Cabanis par le recteur 2Nommé le 16 septembre dernier recteur de l’académie de Limoges, chancelier des universités, Pierre-Yves Duwoye effectuait ce matin à l’école élémentaire Louis Pons et au collège Cabanis sa première sortie officielle dans la cité, la deuxième dans le département. Il a débuté cette matinée en allant à la rencontre de la classe externalisée de l’IME de Malemort réunissant 9 élèves à Louis Pons: « Fruit d’une coopération exemplaire entre les services de l’Etat, sociaux et de l’ARS, cette classe prise en charge par un professeur de l’IME, un professeur de l’éducation nationale et un atsem de la Ville va dans le sens d’une école inclusive qui intègre des élèves polyhandicapés dans le cadre d’une prise en charge spécialisée. »

Visite de Cabanis par le recteur 6Même satisfaction du côté du collège Cabanis où le recteur a poursuivi sa visite, entouré de nombreuses personnalités concernées, dont le président du conseil départemental Pascal Coste et Agnès-Lilith Pittman, sa vice-présidente en charge des collèges. Dans la classe d’Alice Brousse, 5 jeunes sont au travail. « Cette classe accueille en tout 10 élèves qui viennent en fonction de leurs projets. » Au fil des rentrées, la 4e cette année, la classe a évolué, les élèves se sont intégrés. « Au départ, on les accompagnait à la récréation, ils n’allaient pas au self. » Maintenant, « ça se passe très bien avec les copains dans la cour », explique Dimitri et « ils vont manger au self avec les autres collégiens deux fois par semaine, participent au cross et à des ateliers les rapprochant des autres élèves », poursuit l’enseignante spécialisée.

Visite de Cabanis par le recteur 7Rapprocher les élèves, c’est aussi le pari fait par les « îlots bonifiés », une organisation à laquelle Annie Payen a décidé de se former voilà trois ans, la professeur d’anglais déplorant la trop faible participation des élèves à l’oral. Dans cette classe, les tables regroupées par 4 accueillent des groupes de trois à cinq élèves. Une disposition qui n’interdit pas l’enseignante de faire travailler les individualités mais qui mise sur le collectif pour s’entraider et progresser. Et dans ce système, pas de lésé, celui qui a le plus de facilités aide l’autre et en expliquant, répétant, il révise lui-même. Du gagnant-gagnant. Excepté peut-être pour l’enseignante qui doit accepter un peu plus de bruit dans sa classe. « Ces îlots, particulièrement bénéfiques pour les langues, créent une vraie émulation entre les élèves ». Entre les professeurs de langues aussi qui y viennent les uns après les autres. Même un professeur de français s’y intéresserait.

Visite de Cabanis par le recteur 9Même émulation avec le service d’accrochage scolaire (sas). Mis en œuvre il y a 5 ans à l’initiative de Jérôme Chauvignat, professeur de physique chimie, celui-ci essaime dans l’établissement et l’académie. « Le sas est fondé sur une écoute active de l’élève », explique son créateur qui, à sa connaissance n’a pas son pareil dans les autres académies. « Le but est d’amener l’élève à une prise de conscience des choses qui l’emmène à produire des actes qui sont les siens. » Conflits relationnels avec des élèves, des enseignants, le sas intervient en complémentarité de la vie scolaire. Il accompagne une vingtaine de jeunes par an et son instigateur est en train de former une équipe pour l’accompagner: « 90% des collègues s’inscrivent déjà dans cette formation très demandée et très bien accueillie qui porte, en outre, ses fruits. » Si bien qu' »elle semble aujourd’hui une évidence dans l’établissement », pointe le principal Marc Bartoli, partie prenante de ce projet. « Vous avez de la chance d’avoir des professeurs qui s’évertuent à trouver les meilleurs méthodes pour vous faire progresser », à plusieurs fois salué le recteur. « Le collège se doit d’innover pour contribuer à la réussite des élèves, il en a le droit et le devoir« , a terminé Pierre-Yves Duwoye.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire

2 × un =