L'actualité en continu du pays de Brive


Le Club Courteline en visite à la mairie

“Bienvenue dans la maison des Brivistes!” C’est par ces mots que le maire Frédéric Soulier a accueilli ce matin dans son bureau de l’Hôtel de Ville, la quinzaine de personnes suivant les ateliers socio-linguistiques du Club Courteline. Une visite qui s’inscrit dans la formation à la citoyenneté française portée par l’association créée en 1971.

Le maire de Brive ouvrait ce matin les portes de son bureau à une quinzaine de personnes, en majorité des dames, originaires de différents pays: Maroc, Albanie, Turquie, Syrie, Irak, Arménie et Ukraine. Leur point commun: être accompagnées sur le chemin de la citoyenneté française par les bénévoles du Club Courteline.

La présentation du bureau a été pour le maire l’occasion de s’attarder sur les murs qui arborent photographie de la cité vue du ciel, acte de reddition des forces allemandes en août 1945 ou encore différentes œuvres d’art mettant à l’honneur des artistes locaux tel que Louis Tamain et internationaux comme Ben. Son tableau noir où se détache le fameux J’écris donc je suis a emporté l’adhésion de ces personnes qui apprennent à parler et écrire le français et qui préparent au sein de l’association le diplôme d’études en langue française, le Delf.

C’est via l’aide aux devoirs, cœur de ses missions, que le Club Courteline s’est ouvert à l’accompagnement des parents: “Par les enfants, on a rencontré les mamans”, retrace Madeleine Antoine de l’association. “Ça a fait boule de neige. C’est de là qu’est né l’atelier cuisine il y a 4 ou 5 ans.”

Cette proposition s’est élargie avec une formation plus axée sur l’instruction civique. Elle passe par des visites en entreprises (chocolaterie Lamy, Sothys) et dans des lieux institutionnels dans laquelle s’inscrit la visite du jour. Elle est complétée par des discussions et ateliers les mardis et jeudis.

“Je suis le garant de l’intérêt général”, a poursuivi le maire, en réponse à la question d’une jeune femme sur le rôle d’un édile, “attaché à une notion chère au Club Courteline qui est le vivre-ensemble.” De fait, Madeleine Antoine pointe le rôle de lien social qu’entend favoriser l’association au sein du quartier des Chapélies, dans lequel le Club est implanté, comme au-delà . “Si nous, nous leur transmettons un apprentissage, elles, elles nous enrichissent par leur culture, leur amabilité. Elles nous offrent leur humanité.

Cette matinée d’échanges s’est terminée par la visite des salles du conseil municipal et d’honneur puis de la cour d’honneur menée par Sandrine Maurin, adjointe en charge de la cohésion sociale et de l’égalité homme-femme.

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Mot clé

Laisser un commentaire