L'actualité en continu du pays de Brive


Le Briviste Mickaël Etrillard tête d’affiche de Merrick, tourné entre Brive et le Lac du Causse

intro-film

Barbe dense, chevelure longue, Mickaël Etrillard va incarner le personnage principal du long-métrage Merrick, actuellement en tournage sur le bassin de Brive, notamment du côté du lac du Causse où loge toute l’équipe du film.

(Les photos de l’article sont signées Manu Fauque, photographe de plateau du film)

film6Mickaël Etrillard n’est pas né à Brive, contrairement à ce que son physique de gaillard, barbe dense et cheveux longs, pourrait laisser croire. Il connaît néanmoins parfaitement la ville, qu’il a habitée pendant ses années lycées et où ses parents vivent encore.

Devenu producteur et comédien sans passer par la case « option cinéma » du lycée d’Arsonval qu’il a pourtant fréquenté, le jeune homme de 31 ans explique que sa passion pour le 7e art est née « plus tard, à l’âge de 23 ans ».

« J’ai obtenu un bac pro restauration, j’ai ouvert une affaire avec mon père sur Brive, puis, sans que je puisse moi-même vraiment expliquer la chose, le cinéma est devenu une vraie passion, presqu’en un clin d’œil, et j’ai eu envie d’en faire mon métier. »

Suivent un départ pour Paris, un passage par le cours Florent, et des encouragements de professionnels qui ont conforté l’apprenti comédien dans son choix.

film-3« J’ai eu beaucoup de chance car j’ai fait des rencontres déterminantes dès mon arrivée à Paris, notamment celle de Benjamin Diouris, qui réalise Merrick et avec qui je travaille depuis 7 ans. »

Plus tard, sa route croisera celle de Jonathan S. Khayat et Tommaso Marzotto, qui financent Merrick à travers Khatom Productions. Mickaël Etrillard, comédien mais aussi producteur – il dirige Red Color Productions – mettra lui aussi la main à la poche pour permettre au film de voir le jour (nous évoquerons dans un prochain article le montage financier, original).

« Merrick, c’est l’histoire d’un ancien champion de boxe un peu bourru qui, dans un univers post-apocalyptique, va rencontrer une jeune fille de 17 ans, Esther, traquée par un soldat », dévoile Mickaël.

film4« J’ai très vite pensé que le lac du Causse serait le lieu de tournage idéal. J’en ai parlé au réalisateur, nous sommes venus sur place, et lui aussi a été rapidement convaincu. Le lac sera, dans le film, quasiment un personnage à part entière », assure le comédien, qui, pour ce rôle, s’est laissé pousser barbe et cheveux et a fondu de 13 kilos.

« Il faudra que je les reprenne entre le 3 octobre (date de fin de tournage dans la région – NDLR) et la fin de l’année pour tourner quelques scènes de flash-back avec quelques kilos en plus et pas mal de cheveux en moins. »

En attendant, dès qu’il en a le temps, Mickäel fait le tour du lac du Causse en courant, avant de rejoindre les 35 techniciens et comédiens qui logent au camping depuis le 31 août et jusqu’au 3 octobre.

Merrick sera présenté en avant-première à Brive courant 2017, « sans doute en août ou septembre ». Car l’équipe de production « ne conçoit pas de projeter Merrick pour la première fois ailleurs qu’à Brive, où nous avons été très bien accueillis par les habitants – dont une soixantaine ont fait de la figuration – et largement soutenus par les collectivités locales qui nous ont facilement accordé les autorisations de tournage. »

L’actualité de Merrick peut être suivie via la page Facebook du film.

film-1

film-5

film-11

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire