L'actualité en continu du pays de Brive


Le bonheur de chanter une “aube radieuse”

Les répétitions ont commencé hier pour les concerts des enfants qui seront donnés en mai avec le Festival de la Vézère. Plus de 350 jeunes corréziens, encadrés par des chanteurs anglais du groupe Apollo5, y participent. Une éducation à la musique qui brasse joyeusement enfants de divers horizons, de la ville et de la campagne, des quartiers et du conservatoire autour d’un programme prometteur intitulé O Radiant Dawn (O Aube radieuse).

“C’est amusant, on fait des bruits avec nos mains et notre corps, on comprend pas tous les mots qu’on chante, mais c’est pas grave, on les dit bien quand même. On a appris 5 chansons et avec de vrais chanteurs”, racontent avec enthousiasme Éloane, Rosiantie et Karlota à l’issue de cette première répétition hier au théâtre municipal. Comme elles, ils sont une quinzaine venus du chœur Mezzo du Conservatoire de Brive, à participer pour la première fois à cette action éducative du Festival de la Vézère, aux côtés d’une quarantaine d’enfants venus des trois centres socioculturels de la Ville et des clubs Tucss et Courteline.

Mais qu’ils aient ou non un bagage musical ou linguistique, tous sont logés à la même enseigne face à Greg et Harry qui leur parlent dans leur langue de Shakespeare. Pas de partition, pas de textes distribués donc pas de barrière de la lecture. Tout se fait à la voix et à la gestuelle selon une méthode ludique éprouvée qui fait la force de cette pédagogie anglo-saxonne. Et il n’en faut pas moins pour amener les enfants à s’approprier des chansons en anglais, latin ou italien.

“C’est une grande richesse pour nos élèves du conservatoire qui peuvent ainsi appréhender le chant d’une façon complémentaire, en travaillant sur l’oralité, les percussions corporelles, l’élément sensoriel“, constatent Benoît Quiniou, responsable pédagogique et artistique du conservatoire et son collègue Davy Dutreix en charge des chœurs. “Et nous sommes très heureux de ce mixage avec les centres socioculturels avec lesquels nous essayons de tisser des liens. Nous avons beaucoup de choses à nous apporter les uns les autres.”

Les centres socioculturels de la Ville sont associés à cette action depuis son lancement il y a 4 ans. “On a vu des enfants se révéler au chant et à la musique. C’est un projet qui permet de les valoriser et de donner une autre image des quartiers. Pour nous, ce n’est que du bonheur”, témoigne Sébastien Penaud, responsable de celui de Rivet. “Lorsqu’on voit le plaisir et la fierté des enfants sur scène, ça nous montre qu’il ne faut rien s’interdire“, ajoute Sylvie Plas, principal depuis la rentrée du collège Jean Moulin et qui a déjà participé au projet en tant que principal du collège d’Uzerche.

Car au fil des ans, le Festival de la Vézère a englobé dans l’aventure des écoliers et collégiens de Brive, Uzerche, Allasac et Objat. Les éducateurs, comme les enseignants, sont également fortement impliqués dans le projet puisque ce sont eux qui assurent le relais entre les répétitions encadrées par Apollo5. Cette année, plus de 350 jeunes participent à ces ateliers qui déboucheront sur 3 concerts par groupes: lundi 20 mai à 20h30 à Uzerche avec les élèves et collégiens d’Uzerche, mardi 21 mai à 20h30 à Objat pour les collégiens d’Objat, d’Allassac et de Brive et mercredi 22 mai à 17h au château du Saillant avec les enfants des centres socioculturels, des associations brivistes et les élèves du conservatoire.

Ces concerts drainent ainsi de nouveaux publics, désacralisant et décloisonnant une musique que certains préjugent inaccessible. “Notre ambition est de les éveiller à d’autres cultures, à d’autres possibles, de leur faire découvrir le bonheur de jouer et la fierté qui en découle“, commente Céline Boudy du Festival de la Vézère. L’association étend d’ailleurs son action en faveur de l’insertion et de l’éducation artistique, en s’associant pour la première fois au projet Orchestre à l’école actuellement mené par une classe de 4e du collège d’Allassac: les 26 élèves travaillent une œuvre qu’ils joueront en public le 16 mars au théâtre avec le violoniste professionnel Pavel Sporcl. Une expérience qui promet elle aussi d’être aussi intense qu’enrichissante.

Ces actions sont menées en partenariat notamment avec la Politique de la ville, la direction régionale des affaires culturelles et l’Éducation nationale.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire