L'actualité en continu du pays de Brive


Le Bison prend place à Brune

Arrivée en tout début d’après-midi, la sculpture monumentale est en cours d’installation au cœur de l’ancienne caserne. Le bison de plus d’une tonne, signé de l’artiste briviste Pierre Mouzat, va être solidement fixé dans le sol. Il sera inauguré ce samedi 25 juin à 10h.

Il a fait le voyage depuis Bordeaux couché, protégé par un drap qui ménage encore la surprise. “C’est toujours un moment d’émotion, moi aussi, je vais le découvrir patiné”, explique son créateur. Cette étape a été réalisée par un spécialiste là où la bronze a été fondu. “Pour une patine sur une œuvre de cette taille, il a fallu deux jours, en passant par différentes couleurs que je n’aurais pas supporter de voir.” Pierre Mouzat a très vite soulevé le drap pour vérifier si le rendu était à son goût: les pattes sombres et la toison s’éclaircissant dans les marrons.

“J’étais inquiet”, avoue une fois soulagé l’artiste qui a suivi avec concentration mêlée de crainte la mise en place de sa sculpture. Tout juste le temps de vérifier que les prénoms de ses deux petits enfants, Hugo et Noé, discrètement incrustés dans les replis de l’animal, soient toujours visibles et Pierre Mouzat a vu s’envoler son œuvre dans les airs jusqu’à son emplacement exact, juste devant l’ancien bâtiment de commandement. “C’est fort, encore plus dans ce parc portant le nom de Simone Veil. Cette dame incarne pour moi la devise du régiment “fier et vaillant”. Maintenant, le sculpture va prendre ici toute sa place.” Ému, l’artiste l’est d’autant plus qu’il s’agit là de sa première œuvre monumentale, qui plus est dans sa ville.

C’est l’aboutissement de long mois de travail. “Il y a le temps du travail qui se compte en mois, mais c’est surtout le résultat de tout ce que j’ai emmagasiné au fil de toutes ces années dans ma démarche artistique. Et au-delà de l’aspect artistique, c’est aussi une aventure humaine avec la fonderie et tous ceux qui m’ont soutenu et accompagné.” Autant d’étapes qui sont retranscrites en photos dans le livret qui sera remis aux donateurs de la souscription lancée par la mairie pour son financement. Vous pouvez d’ailleurs continuer à donner (par virement ou CB sur collecticity.fr, en numéraire ou par chèque en mairie sur rendez-vous au 05.55.18.18.37).

La mise en place s’est poursuivie avec d’infinies précautions. La « bête » est à taille réelle : 1,80 mètre au garrot sur près de 3 mètres de long. “Il pèse un peu plus d’une tonne.” À l’intérieur, une structure en acier inox dont les tiges vont descendre profondément dans le sol afin de stabiliser ce bronze. Tellement monumental qu’il a été travaillé en 22 morceaux. Une œuvre pour Brive, témoignant de l’histoire du régiment d’infanterie qui y est implanté depuis 1810 et dont l’emblème est un bison blanc. Une œuvre qui va aussi faire le lien entre hier et demain, imprimant ce quartier en devenir.

« Je l’ai voulu à l’état brut, pour les valeurs qu’il véhicule et qu’il incarne, ce qui a déterminé le choix des soldats qui l’ont choisi comme emblème. Les deux pattes avant sur une même ligne pour bien montrer qu’il est paisible, sûr de sa force, mais celles arrière décalées, signe qu’il est prêt à charger à n’importe quel moment pour défendre son territoire ou les siens », explique l’artiste.

La population est largement conviée à l’inauguration qui aura lieu ce samedi 25 juin, avec prise d’armes du régiment. Un bison et des Bisons…

Autour de l’inauguration

  • L’exposition « Fier et vaillant, une histoire du 126e RI à Brive » préparée par les Archives municipales et le régiment. Quelques panneaux seront présentés au moment de l’inauguration. L’exposition se tiendra ensuite aux Archives et sur ses grilles du 4 juillet au 21 octobre.
  • À 17h ce samedi, rencontre dédicace du livre Dialogue avec Pierre Mouzat, sculpteur de l’indicible de Jean-Michel Valade (éditions Mon Limousin) à la librairie Siloë, 2 rue Patier, et en présence de l’artiste.
  • Un concert proposé par le 126 jeudi 30 juin à 19h45 au théâtre au profit des blessés de l’Armée de terre avec la fanfare et le bagad de la 9e.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

17 − dix-sept =